Une application pour promouvoir la littérature d’ici

Opuscules veut simplement promouvoir la littérature québécoise en amenant le texte littéraire en format mobile.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Opuscules veut simplement promouvoir la littérature québécoise en amenant le texte littéraire en format mobile.

Agir plutôt que subir. L’Union des écrivains du Québec (UNEQ) cherche à mettre la littérature québécoise au diapason de la modernité par l’entremise d’une nouvelle application pour appareil mobile dévoilée mardi matin à Montréal. Baptisé « Opuscules. Littérature québécoise mobile », l’espace numérique vise à « adapter la réalité littéraire d’ici » aux nouvelles pratiques culturelles induites par la technologie, sans pour autant s’aliéner le lecteur du livre papier qui, estime le regroupement d’écrivains, est loin d’être arrivé au bout de sa vie utile.

« Cette application, une première au Québec, ne fait concurrence à rien, dit Francis Farley-Chevrier, directeur général de l’Union. Elle veut simplement promouvoir la littérature québécoise en amenant le texte littéraire en format mobile » afin d’atteindre le lecteur là où désormais il se trouve.

Formule bicéphale

La formule, mise au point avec la complicité du Laboratoire de recherches sur les oeuvres hypermédiatiques de l’UQAM (NT2), est bicéphale. D’un côté, elle propose chaque mois un accès mi-libre, mi-payant à des créations inédites signées par une brochette d’auteurs. Karoline Georges, Larry Tremblay, Perrine Leblanc, Mélissa Verreault et Jean-François Beauchemin ouvrent le bal avec cinq formats courts. David Clerson, André Duhaime, René Lapierre, France Théoret et François Turcot emboîteront le pas en juin.

D’un autre côté, l’application offre un agrégateur de contenus puisant dans un bassin de blogues et sites d’information spécialisés dans l’actualité littéraire au Québec. Les pages du Devoir, entre autres, sont recensées par l’algorithme. Un partenariat avec la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ) et son portail transactionnel (leslibraires.ca) permet d’acheter, par l’entremise de l’application, les bouquins des auteurs qui s’y exposent.

Une somme de 80 000 $ a été investie dans l’aventure, avec l’aide du Conseil des arts du Québec et du Conseil des arts du Canada. « Jusqu’à maintenant, le livre numérique est une métaphore du livre imprimé », dit M. Farley-Chevrier, qui croit que la mutation doit certainement se jouer ailleurs pour devenir pertinente. « Opuscules fait entrer la littérature dans le numérique autrement, sans rien remplacer, mais en diversifiant et en enrichissant l’offre. »

Dans les derniers mois, quelques applications, en français ou en anglais, dont Wattpad ou 20lines, ont fait leur apparition pour promouvoir la littérature en format court et souvent dans un cadre d’autopublication. Leurs contenus à l’édition souvent bâclée, contrairement à ce que présente Opuscules, les ont toutefois empêchées de réellement rencontrer leurs lecteurs.

Pour aller plus loin

Découvrir Opuscules
2 commentaires
  • Sophie Voillot - Abonnée 29 avril 2015 08 h 39

    Et comme on est au 21e siècle...

    ... on met un lien vers une page donnant accès à l'application... qui n'est apparemment développée que pour les appareils iOS. https://www.uneq.qc.ca/nouvelles-communiques/l-uneq-lance-une-application-mobile-consacree-a-la-litterature-quebecoise/

  • Michel Ferris - Abonné 1 mai 2015 21 h 44

    Le lien est déjà là...

    ...sous la phrase (en bleu dans le texte) : "une nouvelle application pour appareil mobile": https://itunes.apple.com/fr/app/opuscules-litterature-quebecoise/id952043316?mt=8