L’austérité au temps de l’abondance, collectif

Dans ses grandes années (1960-1990), la revue Liberté faisait entendre les voix d’écrivains engagés dans la cité. Après un certain passage à vide, elle a été relancée par des intellectuels soucieux de préserver cet esprit. La qualité de cette relance se confirme dans ce recueil de textes récemment parus dans la revue. Opposés à l’austérité libérale, vue comme une idéologie visant à instaurer au Québec « une révolution conservatrice permanente »(Éric Pineault), les auteurs réunis ici déconstruisent, avec brio et style, le néolibéralisme en habits neufs du gouvernement Couillard-Coiteux. Les contributions des Gabriel Nadeau-Dubois et Pineault, et celle de Dominic Scarfone, qui psychanalyse le discours de l’austérité, sont particulièrement remarquables.

L’austérité au temps de l’abondance

Collectif, Liberté en poche, Montréal, 2015, 120 pages

1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 5 avril 2015 09 h 37

    Titre approprié

    "Au temps de l'abondance", c'est ce qui choque. Retraité confortable, je demeure à Longueuil, ville connue aussi pour ses plusieurs quartiers bien modestes sinon "pauvres". Mais il a là bien peu de vrais taudis comme il y en avait il y a soixante ans à Montréal, de la Pointe St-Charles à Hochelaga, ou dans les bidonvilles de la Rive Sud que j'ai silonnés à vélo dans mon adolescence. Et il y a des voitures partout et des fast-foods remplis de clients. Il y a inévitablement certains enfants mal nourris, des personnes ruinées par l'alcool et la drogue, des malades mentaux et des handicapés, trop de décrochage scolaire, mais il semble qu'il faudrait si peu, un peu plus de partage et d'effort concerté, pour faire disparaître la "misère noire".