Aide aux librairies: la ministre réagit

Photo: Jacques Grenier Le Devoir

Interpellée par le milieu du livre dans Le Devoir de vendredi au sujet de ses « mesures efficaces d’aide aux librairies » qui tardent à venir, la ministre de la Culture et des Communications Hélène David a réagi le matin même par voie de communiqué. Elle y confirme qu’un plan de soutien sera rendu public au début de 2015 et y réaffirme l’importance des librairies comme lieux essentiels de diffusion et de promotion de la culture, notamment en région.

Dans une lettre commune, l’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ), l’Association des distributeurs exclusifs de livres en langue française (ADELF), l’Association des libraires du Québec (ALQ), l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), la Fédération québécoise des coopératives en milieu scolaire (FQCMS), le Réseau BIBLIO du Québec, ainsi que l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ), accusaient Mme David de traîner de la patte dans le dossier sur lequel elle avait pourtant promis de se pencher dès son entrée en fonction. « Les gens de notre industrie ne peuvent plus attendre », insistent les signataires.

Voulant se faire rassurante, la ministre David réitère sa promesse : « Notre gouvernement mettra en place sous peu des mesures structurantes qui auront des effets sur les librairies agréées, sur les lecteurs et sur l’ensemble des acteurs de la chaîne québécoise du livre. »

Au ministère, on évoque des consultations effectuées en amont afin d’élaborer une stratégie concertée : « Mme Hélène David finalise […] un plan de soutien aux librairies agréées, lequel sera rendu public au début de 2015. Ce plan donnera suite à la démarche effectuée ces derniers mois par le député de Sherbrooke et adjoint parlementaire de la ministre David, M. Luc Fortin. Dès son entrée en fonction, la ministre David avait demandé à M. Fortin de mener une réflexion, en collaboration avec les principaux représentants du milieu québécois du livre, afin de dégager des pistes d’intervention permettant de consolider le réseau des librairies agréées du Québec, dont la précarité avait été mise en lumière par la Commission de la culture et de l’éducation de l’Assemblée nationale en 2013. »

Au cours de la dernière année, une légère hausse des ventes de livres a été enregistrée au Québec. Paradoxalement, durant la même période, six librairies ont fermé leurs portes dans la province.