Peter Pan, James Matthew Barrie

Quentin Gréban a découvert les contes pour enfants sur le tard. C’est peut-être ce qui lui permet de les apprécier avec autant de finesse. Avec Peter Pan, dont il signe ici les illustrations, il pose de nouveau son pinceau enchanté sur un grand classique. L’histoire, celle des trois enfants — Wendy, John et Michael — que Peter Pan emmène avec lui sur l’île de Neverland, est plus longue que les autres titres de la collection que Gréban a illustrés jusqu’ici chez Mijade : La petite sirène, Le rossignol de l’empereur ou Blanche-Neige, même si Xavier Deutsch livre ici une version abrégée de la version originale de James Matthew Barrie. L’illustrateur déploie ici sa lumineuse palette sous les traits du terrible capitaine Crochet, de la fée Clochette, mais aussi des Peaux-Rouges, Lis Tigré et Grande-Grosse-Petite-Panthère, lequel porte des scalps sur son dos, entre autres. Une fois revenus à Londres, Wendy, John et Michael perdent peu à peu leur capacité de voler, sauf en rêve. Ce n’est que bien plus tard que Peter Pan y reviendra, pour emmener la fille de Wendy cette fois, au pays de l’Imaginaire. Avec bien des enfants du XXIe siècle à sa suite.

Peter Pan

James Matthew Barrie, abrégé par Xavier Deutsch, illustrations de Quentin Gréban, éditions Mijade Namur, 2014, 95 pages