Far out, Gautier Langevin et Olivier Carpentier

C’est la rencontre de deux mondes : celui des robots avec celui du western, de l’aridité de l’environnement, des duels de rue au colt avec des articulations qui grincent et des yeux qui éclairent dans le noir. Avec Far out, le duo de bédéistes composé de Gautier Langevin et d’Olivier Carpentier exporte sur du papier une aventure qui a débuté sur le Web, mais également cet univers graphique atypique qui trouve son originalité dans le mélange des genres. Le dessin est impeccable, explorant dans ses courbes, ses tonalités et ses lumières les contours d’une robotique fantastique qui anime quelques pans de la sphère culturelle dessinée ou animée depuis une ou deux décennies. Il y a un peu de Miyazaki et de son Château dans le ciel, un peu des Sentinelles de Breccia et Dorison, un peu de Marvel Comics. Mais il y a aussi une trame narrative qui a tout ce qu’il faut d’« adulescent » pour séduire cette clientèle cible.

Far Out

Gautier Langevin et Olivier Carpentier Lounak Montréal, 2014, 78 pages

À voir en vidéo