Le journaliste littéraire Bernard Pivot reçoit le prix Samuel-de-Champlain

Paris — Le célèbre journaliste littéraire Bernard Pivot et l'historienne de l'art Claudette Hould ont reçu hier à Paris le prix culturel Samuel-de-Champlain.

À travers ce prix, l'Institut France-Canada récompense chaque année depuis sept ans un Canadien qui a contribué à mieux faire connaître l'histoire ou la culture française au Canada et, inversement, un Français qui a aidé à mieux faire comprendre la réalité canadienne en France.

Après Michel Drucker, en 2000, Bernard Pivot est la deuxième vedette de la télévision française à être honoré par l'institut. Le premier a présenté aux téléspectateurs français des dizaines d'artistes québécois, à commencer par Céline Dion; le second leur a fait découvrir de nombreux auteurs québécois, dont Denise Bombardier, venue assister en amie à la cérémonie.

Bernard Pivot préfère pourtant ne pas faire de distinction entre les différents écrivains qu'il a invités sur le plateau d'«Apostrophes», de «Bouillon de culture» ou de «Double Je», sa nouvelle émission, où il a récemment reçu Danny Laferrière. L'exercice ne se limite pas, il est vrai, à révéler Nabokov aux Québécois ou Gaston Miron aux Belges. «Il ne faut pas séparer les auteurs. Tout ça se mélange et participe d'un même foisonnement en langue française», a fait remarquer le célèbre journaliste littéraire.

L'autre lauréat du prix Samuel-de-Champlain, Claudette Hould, est inconnue du grand public, mais sa réputation n'est plus à faire dans les milieux universitaires, où elle est connue particulièrement pour ses travaux sur la gravure pendant la Révolution française.

Professeure associée au département d'histoire de l'art de l'Université du Québec à Montréal, l'historienne vit depuis 30 ans une «véritable histoire d'amour avec la France». En recevant son prix, elle a insisté sur la nécessité de «convaincre» les étudiants québécois de «mieux parler notre langue», eux qui «ont trop souvent été victimisés par cette si absurde idéologie qui a voulu leur faire croire qu'on pouvait se passer de la grammaire».

Né en 1955, l'Institut France-Canada est une composante de l'association France-Amériques, qui s'est donné pour mission — comme son nom l'indique —, de resserrer les liens entre la France et les Amériques. Le prix Samuel-de-Champlain a quant à lui été créé en 1997, grâce à l'appui de la Fondation MacDonald-Stewart.