L’Écume des jours déménage

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir
Triste nouvelle pour le Mile-End, où L’Écume des jours brillait comme librairie francophone phare depuis 15 ans. Bonne nouvelle pour Villeray, qui verra un beau et bon lieu pour le livre s’ajouter à un quartier qui en compte peu. Maryse Dubois et Roger Chénier, les libraires de L’Écume des jours, victimes d’un certain embourgeoisement du Mile-End et de la hausse du loyer, mettaient en boîte lundi leurs bouquins, les nouveautés comme ceux du fond, afin de déménager leurs pénates au 420, rue Villeray, coin Saint-Denis, dans un local un peu plus petit. Pas question pourtant de limiter le nombre de livres sur le nouveau plancher. « On va juste corder mieux, a précisé au Devoir le copropriétaire et libraire Roger Chénier, mettre des livres dans les hauteurs, avec des échelles, à l’européenne. » La réouverture est prévue autour du 8 août.

L’Écume des jours déménage

Triste nouvelle pour le Mile-End, où L’Écume des jours brillait comme librairie francophone phare depuis 15 ans. Bonne nouvelle pour Villeray, qui verra un beau et bon lieu pour le livre s’ajouter à un quartier qui en compte peu. Maryse Dubois et Roger Chénier, les libraires de L’Écume des jours, victimes d’un certain embourgeoisement du Mile-End et de la hausse du loyer, mettaient en boîte lundi leurs bouquins, les nouveautés comme ceux du fond, afin de déménager leurs pénates au 420, rue Villeray, coin Saint-Denis, dans un local un peu plus petit. Pas question pourtant de limiter le nombre de livres sur le nouveau plancher. « On va juste corder mieux, a précisé au Devoir le copropriétaire et libraire Roger Chénier, mettre des livres dans les hauteurs, avec des échelles, à l’européenne. » La réouverture est prévue autour du 8 août.
1 commentaire
  • Frédéric Miville-Deschênes - Inscrit 29 juillet 2014 10 h 35

    Omission

    Étrange omission que celle de la raison principale de fermeture que les propriétaires ont donné en entrevue dans une autre des sources journalistiques québécoises majeures : la hausse de la demande en littérature anglophone dans ce quartier montréalais du Mile-End...