Louis-Antoine Dessaulles, 1818-1895. Un seigneur libéral et anticlérical, Yvan Lamonde

On discute encore, chez nous, de la neutralité religieuse de l’État au sujet des rapports entre les écoles hassidiques et le ministère de l’Éducation. La réédition en format de poche de la biographie de Louis-Antoine Dessaulles, le grand laïciste du XIXe siècle québécois, ouvrage solide qu’Yvan Lamonde publia en 1994, est d’actualité. Neveu de Papineau, Dessaulles s’inspire de Félicité de Lamennais (1782-1854), penseur progressiste français, prêtre condamné par Rome et en rupture avec le catholicisme officiel, partisan de la séparation de l’Église et de l’État, de l’indépendance des deux et de la création d’un monde égalitaire. Le rêve de Lamennais dépasse les vues plus raisonnables de Dessaulles. Notre laïcisme naissant n’ira pas jusqu’à se réclamer du romantisme d’un défroqué de génie.

Louis-Antoine Dessaulles 1818-1895 Un seigneur libéral et anticlérical

Yvan Lamonde Fides Montréal, 2014, 432 pages

2 commentaires
  • Claude Laferrière - Inscrit 22 juillet 2014 15 h 19

    Le père de l'annexionnisme...

    Dessaules et Papineau ont rédigé un manifeste annexionniste proposant l'annexion du Bas-Canada aux États-Unis.

    C'est ce que l'on doit retenir de cet ouvrage dont je me suis procuré la première édition, il y des lunes.

    C'est un ouvrage essentiel pour quiconque s'intéresse aux relations du Québec avec les États-Unis.

    À lire et à se procurer. A must!

    • Eric Lessard - Abonné 22 juillet 2014 20 h 17

      Je crois que si le Bas-Canada (aujourd'hui le Québec) avait été annexé aux États-Unis, il est fort probable qu'il aurait eu une assimilation, c'est à dire une quasi disparition du français sur le territoire comme en Louisiane.