Livre – 1 kilo de culture générale, Florence Braunstein et Jean-François Pépin

Pour remettre en contexte et en perspective les classiques, rien ne vaut un peu de culture générale. Tiens, en voilà justement un kilo. Ce livre, fier de son poids qui le rend impossible à consulter autrement que sagement assis à un bureau sans risquer la double tendinite, entend donner « un accès immédiat à la connaissance, depuis la formation de la Terre jusqu’à l’élection du pape François ». Ambitieux. Couvrant l’histoire, la philosophie, les sciences, les arts et la littérature, l’ouvrage a l’avantage d’inclure un peu d’Asie et d’Afrique, et de proposer une classification conviviale où on se retrouve aisément. Ce livre pré-Wikipédia souffre de ses limites physiques: s’il offre une information vérifiée et rigoureuse, du sceau des PUF, celle-ci est limitée, même sur des sujets profonds et complexes, à sa plus courte expression. Beaucoup de peu, quoi. Et pour la connaissance de soi et de l’ici, il faudra chercher ailleurs: le Québec n’a droit qu’à une toute petite mention, parmi les colonies américaines. Le Canada? N’y pensons pas. La littérature américaine est le nom qu’on a choisi pour nommer la littérature états-unienne. Autrement, une belle somme de connaissances, qu’il aurait été essentiel de potasser avant de passer à Génies en herbe. La pertinence en cette ère d’Internet, si on sait vérifier des sources? Au lecteur d’en juger.

Ouvrage de référence
1 Kilo de culture générale
Florence Braunstein et Jean-François Pépin
Presses universitaires de France
Paris, 2014, 1670 pages

1 Kilo de culture générale

Florence Braunstein et Jean-François Pépin Presses universitaires de France Paris, 2014, 1670 pages