La loi du plus fort

Terrible, la vie dans les Flats, le bidonville du Cap. Sous l’égide de gangs sans scrupule, la misère, la vermine et la pollution semblent y disputer le premier rang à la méchanceté, à la corruption et aux vices en tous genres. Vernon Saul, ancien flic devenu vigile, habite encore là avec sa mère, revivant chaque nuit les viols à répétition qu’il a subis durant toute son enfance. La colère au fond de la gorge et la rage au bout du moindre de ses gestes, il survit en faisant payer à tout le monde ce qu’il a vécu dans cet enfer.

 

À côté, dans une banlieue chic du Cap qu’il surveille pour le compte de la Sniper Security, des Blancs fortunés se défoncent sous le moindre prétexte et Vernon assiste à un drame dont il a bien l’intention de tirer profit. Une petite fille de quatre ans vient de se noyer sans parvenir à attirer l’attention de sa mère qui se faisait tripoter dans un coin et de son père qui se défonçait sur sa plage privée avec un ami. Vernon a tout vu et il affûte patiemment son piège…

 

Ce nouvel opus de Roger Smith est un livre terrible, à l’image de ce que l’on connaissait de lui jusqu’ici. Dur, âpre, aigre plutôt, comme le vent qui souffle sur la décharge du ghetto. Aussi sanglant que Blondie et la mort et aussi inexorable que Le sable était brûlant, le nouveau récit de celui que les Français ont surnommé « le Terminator du polar sud-africain » trace le portrait d’un monde sordide où la loi du plus fort, l’exploitation et l’humiliation prennent toute la place.

 

Peut-être justement parce que la charge est trop forte et que la culpabilité s’y porte plutôt court, le lecteur — qui s’enfilera une bonne demi-douzaine de cadavres et tout autant de situations désespérées… désamorcées à la toute dernière seconde — aura droit ici à un « happy end ».

 

L’écriture de Smith, rendue fidèlement par la traduction vive et rythmée d’Elsa Maggion, témoigne d’un univers implacable dont il semble toutefois, pour la première fois, que l’on puisse sortir. Peut-être le prochain livre de Roger Smith fera-t-il écho à autre chose qu’au versant sombre des Flats et que l’énergie de personnages comme Dawn et sa fille Brittany parviendra à s’affirmer dans un monde où les repères entre le bien et le mal seront enfin un peu moins flous.

Collaborateur

Le piège de Vernon

Roger Smith