La Slovénie adopte le prix unique du livre

Le Parlement slovène a adopté le 30 janvier dernier une loi pour réglementer le prix de ses livres neufs. Depuis 1999, un groupe d’éditeurs du pays bataillait pour obtenir cette réglementation, essentielle selon eux, pour un si petit pays, à la culture littéraire si circonscrite.

 

La littérature en Slovénie n’a qu’un tout petit territoire pour s’étaler : 2 millions d’habitants seulement y résident. Tentez ensuite de nommer deux auteurs de là, que vous auriez lus en traduction, ou même un seul… et vous aurez une idée de la petitesse du marché du livre.

 

Les éditeurs ont donc voulu se donner une loi pour aider ce marché, comme l’explique le blogue Publishing Perspective. La Coalition pour le prix unique du livre a mené ses opérations à même la Chambre de commerce. Comme un peu partout où le débat sur un prix du livre a lieu, les arguments contre ont fusé du Bureau de la concurrence. La crise économique de 2008 a gravement frappé le marché : les achats des bibliothèques, cruciaux, ont chuté depuis de moitié, alors qu’elles acquéraient auparavant le tiers de la production, et constituaient le maillon le plus solide de la chaîne du livre slovène. À titre d’exemple, en 2013, plus de 25 millions de documents ont été empruntés en bibliothèques, alors que deux millions de livres ont été vendus en librairies.

 

La nouvelle réglementation gèle le prix des livres papier, audio et numériques pour les six premiers mois suivant la publication. Quelques rares exceptions sont accordées afin que des rabais puissent être accordés aux librairies et lors d’événements littéraires.