Une histoire d’hommes, Zep

Il était presque temps. Après tant d’années passées coincé dans l’espièglerie et l’insolence de l’enfance, par l’entremise de son célèbre personnage Titeuf, le bédéiste Zep (Philippe Chappuis pour l’état civil suisse) a finalement décidé de grandir un peu, beaucoup même. Cela donne Une histoire d’hommes, premier album sérieux de l’artiste, qui s’éloigne pour le coup du cabotinage, du comique sexué et de la légèreté habituelle pour explorer la psyché humaine, côtés mâles, ego et rock’n’roll. On est ici en Angleterre, où se jouent des retrouvailles de quatre gars, Sandro, Frank, JB et Yvan, ex-membres du groupe Les Tricky Fingers que le destin et surtout un coup de poing envoyé sur la gueule d’un producteur de la BBC dans les années 90 ont séparés. Blessures et profondes affections sont encore là. Les secrets, eux, ne sont pas loin, pour donner à cette chronique du temps qui passe et de l’amitié qui dure une densité posée sur une mécanique narrative efficace. Grand, a-t-on dit !

À voir en vidéo