Prix du livre neuf - Amazon s'invite dans la discussion

Photo: Pedro Ruiz -Le Devoir

Le géant américain des ventes de livres en ligne Amazon vient de s’inviter dans la discussion sur le projet de loi sur le prix du livre du ministre de la Culture et des Communications Maka Kotto. 

En effet, Amazon a inscrit au registre des lobbyistes du Québec ses « démarches en vue de modifier les orientations du gouvernement du Québec en matière de réglementation du marché du livre, particulièrement en rapport à la loi 51 », loi qui définit le livre et protège l’écosystème d’ici. Rappelons que l’intention annoncée du ministre Maka Kotto est « d’assujettir le livre numérique à la loi 51 », même si le « comment » n’a pas encore été dévoilé.

 

C’est Maître Jacques Shore, associé du cabinet en droits d’affaires Gowlings, d’Ottawa, qui représentera encore les intérêts d’Amazon auprès du ministère de la Culture et du ministère des Finances et de l’Économie. Car Me Shore a agi déjà comme conseiller juridique pour la compagnie, lors de « l’examen des investissements étrangers de la société et à l’ouverture de son premier centre de gestion des commandes au Canada, » comme l’indique le site de Gowlings. Il est aussi un habitué des négociations fédérales sur des enjeux tels l’énergie nucléaire, l’environnement, la sécurité nationale, l’aviation, l’aérospatiale, de même que les politiques culturelles.

 

Me Shore est lui-même auteur : en plus d’articles sur le droit, il a publié deux récits religieux illustrés pour les enfants, en anglais : Friday Night with the Pope [Vendredi soir avec le pape] et Menorah in the Night Sky. A miracle of Chanukah (Gefen Publishing, 2002) [Un menora dans la nuit. Le miracle de Hanoukka.]

 

Le mouvement Sauvons les livres, par le biais de sa porte-parole Élodie Comptois, des éditions Écosociété, a fortement réagi à la nouvelle. Amazon, rappelle Mme Comtois, a été invité à se faire entendre lors de la commission parlementaire sur le prix du livre, et a refusé de s’y présenter. « Ils préfèrent s’inscrire comme lobbyiste maintenant qu’un projet de loi est annoncé afin d’en orienter le contenu dans leur intérêt. On imagine que l’entreprise va mettre tout en oeuvre pour ne pas que la réglementation soit adoptée au Québec, fidèle à leur stratégie mondiale, » indique Mme Comtois.

 

« Aux États-Unis, poursuit Élodie Comtois, les éditeurs sont aujourd’hui très inquiets, car leur plus gros client, Amazon, peut cesser de les référencer sur son site à tout moment, ce qui équivaut à une catastrophe pour plusieurs. Cinq cents éditeurs indépendants, qui refusaient les conditions d’Amazon, ont été débranchés du jour au lendemain. » Pour le mouvement, qui milite pour un prix réglementé, les consommateurs ne voient pas tout de suite l’arrivée sur le marché de géants susceptibles de former un oligopole, mais « une fois dans une position de domination, Amazon peut alors hausser les prix comme on le voit aujourd’hui en Grande-Bretagne. »

 

 

 

 

À voir en vidéo