Prix du livre: le projet de loi serait compromis

Tout indique que le Parti libéral du Québec se joint à la Coalition avenir Québec et qu'il n'appuierait pas le projet de loi qui devrait être déposé lors de la prochaine session parlementaire.
Photo: Pedro Ruiz - Archives Le Devoir Tout indique que le Parti libéral du Québec se joint à la Coalition avenir Québec et qu'il n'appuierait pas le projet de loi qui devrait être déposé lors de la prochaine session parlementaire.
Tout indique que le Parti libéral du Québec (PLQ) se joint à la Coalition avenir Québec (CAQ) et qu'il n'appuierait pas le projet de loi qui devrait être déposé lors de la prochaine session parlementaire. C'est du moins ce que rapporte l'Agence QMI.

Ce refus est venu mercredi soir de la bouche de la porte-parole de l'opposition officielle en matière de culture, Christine St-Pierre. Comme la CAQ, les libéraux craignent que les dispositions du projet de loi nuisent aux consommateurs. Mme St-Pierre avait indiqué lundi vouloir aider les librairies indépendantes, sans toutefois se prononcer explicitement sur le projet de loi.

Dès l'annonce des grandes lignes du projet de loi, la CAQ a manifesté son opposition à l'initiative péquiste, prétextant que la réglementation pénaliserait les consommateurs par une hausse des prix et occasionnerait une baisse des ventes.

En conférence de presse en début de semaine, le ministre Kotto a annoncé son intention de limiter à 10% les rabais consentis par les libraires et les détaillants dans les neuf premiers mois de vie d'un livre. L'efficacité de cette mesure serait évaluée après trois ans.

À voir en vidéo