Stéphanie Pelletier et Fanny Britt remportent un Prix littéraire du Gouverneur général

Fanny Britt
Photo: La Presse canadienne (photo) Chris Young Fanny Britt
Avec son tout premier recueil de nouvelles intitulé Quand les guêpes se taisent, Stéphanie Pelletier a remporté mercredi le Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie « Romans et nouvelles ».

L’auteure, originaire de Sept-Îles et qui a grandi à Métis-sur-Mer, y raconte différentes histoires ayant toutes comme point commun l’amour de la vie.

Le recueil de Stéphanie Pelletier a été préféré aux œuvres de Sergio Kokis, de Roger Magini, de Marc Séguin et de Gérald Tougas.

« Je mentirais si je disais qu’il n’y a pas [de pression] », reconnaît-elle au bout du fil lorsque La Presse canadienne lui demande si remporter un tel prix pour une première œuvre place la barre plus haut pour la prochaine.

« Ça met une pression, mais en même temps, quand on écrit, on le fait parce que c’est essentiel. En tout cas, en ce qui me concerne, ça l’est. Je ne pense pas que je serais une femme aussi heureuse si je n’avais pas l’option de m’exprimer par l’écriture ; je le fais de toute façon par défaut. Alors, ça ne m’empêchera pas de continuer, certainement pas. »

Celle qui planche actuellement sur un roman dont l’action sera campée dans sa région, le Bas-Saint-Laurent, confie par ailleurs que la bourse de 25 000 $ associée au prix lui permettra de se concentrer sur son travail d’écriture. « Ça prend tellement de temps et de contemplation pour écrire, alors évidemment que cette bourse-là va me permettre de m’accorder ce temps-là, qui va être plus dans la création. Je vais me permettre de replonger dans mon univers intérieur », explique-t-elle, ajoutant que son roman parlera « d’une femme prise entre le choix difficile de partir d’une situation ou de mourir ».

La gagnante du Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie « Théâtre », Fanny Britt, a elle aussi accueilli avec joie la nouvelle de sa victoire, surtout que l’écriture de sa pièce primée, Bienveillance, a été entamée alors qu’elle traversait une période plus difficile, côté création.

«Je venais de terminer l’écriture d’une pièce qui avait été très dure à mener à terme et je ressentais une grande fatigue, raconte-t-elle. C’est le metteur en scène Claude Poissant et les acteurs principaux Patrice Dubois et Dany Michaud qui m’ont encouragée à poursuivre quand même l’écriture de Bienveillance puis à me rendre là où je voulais aller.»

Bienveillance a été créée à Carleton à l’été 2012 et a été à l’affiche de l’Espace Go, à Montréal, à l’automne de la même année. Elle sera présentée dans plusieurs villes de la province, de même qu’en Ontario et au Nouveau-Brunswick, au cours de l’année 2014.

Fanny Britt était également en nomination dans la catégorie « Littérature jeunesse – texte » pour Jane, le renard & moi, mais ce prix a plutôt été remis à Geneviève Mativat pour À l’ombre de la grande maison. Jane, le renard & moi a cependant permis à Isabelle Arsenault de s’illustrer dans la catégorie « Littérature jeunesse – illustrations ».

« C’est un grand plaisir pour moi, c’est formidable qu’elle soit récompensée pour son travail parce que ce qu’Isabelle a fait dans ce projet-là est exceptionnel », lance Fanny Britt au sujet du prix remporté par l’illustratrice de son livre jeunesse. « C’est vraiment un travail d’illustration colossal, une centaine de pages illustrées et calligraphiées à la main. C’est un travail énorme et je suis très contente que son travail soit reconnu », ajoute-t-elle.

Jane, le renard & moi a été nommé parmi les 10 meilleurs livres illustrés de 2013 du New York Times et a été publié dans plusieurs pays.

Les autres gagnants des Prix littéraires du Gouverneur général cette année sont René Lapierre avec Pour les désespérés seulement (« Poésie »), Yvon Rivard pour Aimer, enseigner (« Essais ») et Sophie Voillot pour L’enfant du jeudi (« Traduction »).

Les Prix littéraires du Gouverneur général récompensent des écrivains francophones et anglophones dans sept catégories. Cette année, 624 ouvrages en français et 979 ouvrages en anglais avaient été soumis. Les prix seront remis aux gagnants par le gouverneur général David Johnston le 28 novembre, à Ottawa.