Le 36e Salon du livre de Montréal sera politique

L’auteure Annie-Claude Thériault ainsi que l’auteur et illustrateur Rogé sont parmi les invités d’honneur du Salon du livre de Montréal, qui se tiendra du 20 au 25 novembre.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir L’auteure Annie-Claude Thériault ainsi que l’auteur et illustrateur Rogé sont parmi les invités d’honneur du Salon du livre de Montréal, qui se tiendra du 20 au 25 novembre.

Qu’il le veuille ou non, le 36e Salon du livre de Montréal sera politique : déjà, à la conférence de presse du dévoilement de la programmation, des éditeurs ont court-circuité les allocutions pour réclamer une réglementation sur le prix du livre (voir encadré). Et la programmation offerte cette année au Salon s’est resserrée sur des enjeux littéraires, sociaux et, oui, politiques, histoire de « remettre le livre au centre de la vie et de la ville », comme le disait la présidente du conseil d’administration du Salon, Gilda Routy.

 

Pour la première fois, le Salon du livre de Montréal met la littérature d’un pays autre à l’honneur. Haïti ouvre le bal, piloté par Rodney St-Éloi, éditeur d’ici qui fait la part plus que belle aux littératures antillaise, autochtones et québécoise, entre autres, et qui fête aussi cette année ses dix ans. Une dizaine d’auteurs haïtiens seront présents, mais aussi des libraires et des éditeurs. Quelque 800 livres haïtiens, une somme pour les structures du pays encore en reconstruction, trouveront, si tout va bien, leur chemin vers les lecteurs. Vrai que le thème du Salon, « Une passerelle entre les cultures », se prête à ce genre de déclinaisons.

 

Le président d’honneur du Salon du livre de Montréal, Georges-Hébert Germain, en convalescence, ne sera cette année présent que de coeur. Les invités d’honneur, en chair, en os et avec leur plume, sont l’auteure jeunesse Marie-Francine Hébert, le poète et essayiste Pierre Ouellet, la jeune auteure Annie-Claude Thériault, Kim Thúy, l’illustrateur Rogé, le romancier français Jean-Christophe Rufin, l’auteure belge Geneviève Damas ainsi que l’éditeur du Boréal, Jean Bernier.

 

La programmation des activités étirée du 20 au 25 novembre s’est bellement condensée. Les tables rondes et les animations se déclinent autour de l’intimidation à l’école, du livre numérique, des médias sociaux, de l’héritage du roman fantastique, de la mémoire historique, des bibliothécaires, des troubles alimentaires, parmi de nombreux sujets. Plusieurs activités visent les petits lecteurs : le Salon se prépare à accueillir plus de 18 000 jeunes.

 

Le premier prix du Salon du livre, habituellement remis à l’inauguration, a tout de suite été décerné : le chef Normand Laprise a reçu la palme Marcel-Couture pour un livre qui se démarque par son originalité et son audace : Toqué ! Les artisans d’une gastronomie québécoise (éditions du Passage). Avec Carré rouge, son essai photos sur le printemps étudiant, le photoreporter du Devoir Jacques Nadeau est en lice pour le Prix du grand public, rien de moins!