Livre - Cinquante nuances de Grey, E. L. James

Anastasia Steele, pucelle timide et étudiante en littérature anglaise de 21 ans, narratrice de Cinquante nuances de Grey, qui n’a aucune idée du sexe et pas le moindre désir, tombe amoureuse de Christian Grey, mystérieux milliardaire de 27 ans et p.-d.g. d’un empire financier. Beau comme Adonis et riche comme Crésus, control freak, il lui fait signer un contrat détaillant leurs futures activités… sadomasochistes. Premier tome d’une trilogie, avec Cinquante nuances plus sombres et Cinquante nuances plus claires, le roman d’E. L. James, une Britannique de 50 ans n’était au départ qu’une fanfiction inspirée de la série Twilight de Stephenie Meyer. Soyons sérieux : Cinquante nuances de Grey est au roman érotique ce que le Da Vinci Code est au polar. Un roman Harlequin à la sauce SM, prévisible et poussif, ennuyeux et peu vraisemblable. Constat le plus terrible : le cul y est parfaitement accessoire. Si le livre tient plus du phénomène de consommation que de la littérature, la gamme de produits dérivés est conséquente : menottes, vibromasseurs, boules geisha et tapette fessée. Mais consolons-nous : mieux vaut lire d’une seule main que de ne pas lire du tout.