Le 35e Salon du livre de l’Estrie, c’est parti

C’est en faisant découvrir tout doucement le livre numérique et ses particularités à ses visiteurs et lecteurs que le Salon du livre de l’Estrie soulignera cette année sa 35e édition. «Le livre numérique demeure une exception, a indiqué en entrevue téléphonique la directrice générale, Ghislaine Thibault. Je n’ai vraiment aucune peur pour le livre papier, mais le numérique est une réalité qu’il faut apprivoiser.»

 

Du 17 au 20 octobre, quelque 280 éditeurs et presque autant d’auteurs attendront à Sherbrooke visiteurs et lecteurs. À l’honneur : Marie-Hélène Poitras, Denise Bombardier, le journaliste Michel Jean, la chanteuse Nathalie Choquette et la très populaire Mylène Gilbert-Dumas, qui habite la région et profitera de l’occasion pour lancer deux nouveaux livres.

 

« On a un nouveau projet commun, poursuit la directrice, qui s’appelle Lire l’Estrie, avec les bibliothèques publiques, l’association des auteurs de la région et la maison des arts de la parole, entre autres. Un autocollant permettra d’identifier les auteurs de l’Estrie et leurs livres. » Une façon d’encourager la « lecture locale », quoi !

 

Et pour aborder la lecture numérique, liseuses et tablettes seront présentées aux visiteurs, pour les initier, mais aussi pour expliquer comment acheter et télécharger de façon sûre. Le contenu québécois et les sites maison seront-ils mis en avant, histoire là aussi d’encourager la lecture locale ? « C’est Archambault qui s’occupe du stand et en est responsable. Quels chemins prendront-ils ? J’ose espérer qu’ils choisiront des chemins plus québécois », répond la directrice…

 

Plusieurs activités et animations ponctueront le Salon, près de la moitié visant les petits lecteurs. Samedi, une bataille de bande dessinée se livrera sur le site. Les activités du vendredi visent les aînés : on pourra entendre en rafale Michel Jean, Daniel Laverdure et le comédien Louis Lavoie.