Jeunesse - Jouer de génie en faisant (parfois) le zouf

Frédérique Doyon Collaboration spéciale

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Le documentaire humoristique a la cote dans l’édition jeunesse. Et pour cause, c’est l’occasion de découvrir l’histoire, les sciences, le monde animal ou la bibitte sociale qu’est l’humain, en se dilatant la rate, jusqu’à rire jaune.

 

Dans le créneau, mon fils de cinq ans ne trouve pas mieux que les livres d’Élise Gravel, qui se bousculent cet automne sur les rayons. Pour rigoler sérieusement et aborder tout haut ce qui répugne parfois tout bas aux adultes. La jeune auteure et illustratrice poursuit sa série « Les petits dégoûtants » à la Courte échelle avec La limace et Le rat, bêtes mal aimées qu’elle décrit en épinglant au passage des comportements humains pas toujours plus glorieux… Dans les Leçons du professeur Zouf, on voit ce spécialiste « en tout » et grand (a) moralisateur devant l’Éternel s’attaquer maintenant au thème de l’amour… Ça risque de faire mal !

 

Moins rigolo, mais drôlement instructif, Quatre filles de génie (Soulières éditeur) raconte les exploits et découvertes de la mathématicienne du quatrième siècle Hypathie d’Alexandrie, de Marie-Anne Paulze-Lavoisier, qui fera connaître les travaux de son mari chimiste Antoine Lavoisier au début du XIXe siècle, de la dessinatrice scientifique Beatrix Potter, qui a permis d’identifier les espèces de champignon, et de Marie Curie, qui a découvert la radioactivité avec son mari.

 

De fable et de poésie

 

Petit nouveau dans l’édition jeunesse (arrivé à la fin 2011) en Europe, les éditions Passepartout sont le pendant français de la maison italienne Kite Edizioni. Leurs ouvrages sont toujours soignés, graphiquement inventifs et portent une touche poétique. Vient de paraître Coeur d’étoiles, une histoire de matous amoureux qui tentent d’attraper des étoiles.

 

Aux éditions Albin Michel Jeunesse, La plume ne manquera pas de panache. L’auteur Gwendal Le Bec a un nom tout prédestiné pour cette histoire de basse-cour, fable contemporaine sur le ridicule diktat des modes et des dogmes.

 

Les relectures de contes et d’autres classiques devenus quasi-archétypes foisonnent d’une saison jeunesse à l’autre. En voici trois qui s’éloignent de l’habituel thème des vilaines princesses.

 

Les aventures du petit dinosaure Tyrano imaginées par Gilles Chouinard et Rogé reprennent du service. En jouant sur les sonorités et racines du nom de leur personnage, après avoir abordé l’intimidation tyrannique, les deux graphistes font maintenant dans le pastiche, avec Tyrano de Bergerac (La Bagnole). Chez Albin Michel, L’abominable homme des neiges n’apparaît pas si terrible aux yeux de Max et Uno, capturés lors d’une expédition en snowboard. Dans sa série de textes classiques abrégés, Gallimard reprend L’homme qui rit de Victor Hugo, puissante histoire sur l’étrange cirque de la vie qui risque de secouer les préadolescents.

 

Petits et grands honneurs

 

Le pionnier de l’illustration jeunesse Roger Paré reprend du service avec une série d’imagiers pour les petits à la Courte échelle : Un éléphant, Un chat, Un cheval, Un chien, qu’on a déjà envie de câliner.

 

Inventé par Annie Groovie, Léon aura dix ans en 2014. Mais pas besoin d’attendre jusque-là pour les nouvelles aventures du gentil cyclope qui voit la vie d’un autre oeil. Léon et les émotions (Courte échelle) paraît dès novembre.

 

Et ce n’est là qu’un bien mince aperçu de ce que les petits et grands enfants pourront dévorer des yeux, avec ou sans leurs parents…