Les Britanniques soutiendront aussi la librairie

Tandis que le Québec s’inquiète et que la France met en place un programme de soutien aux librairies, gouvernement et éditeurs se mobilisent aussi du côté de la Grande-Bretagne. Là aussi il s’agit de résister au « destructeur de librairies Amazon », pour reprendre les mots de la ministre de la Culture française. L’an dernier en Grande-Bretagne, 73 librairies indépendantes ont mis la clé sous la porte, ce qui ramène le nombre total de librairies britanniques au nombre de 1028, contre 1535 en 2005. Pour les libraires britanniques, la principale menace montrée du doigt et qui cause son lot de faillites est la force de frappe démesurée d’Amazon. Les libraires accusent l’entreprise américaine de travailler à établir une situation de quasi-monopole. En France, la ministre de la Culture a promis cette semaine (voir notre édition du 4 juin) un nouveau plan de soutien aux librairies de 12 millions de dollars. Cette somme vient s’ajouter à l’enveloppe du même montant déjà annoncée par la ministre Filippetti en mars. Toujours cette semaine, le gouvernement du Québec a confirmé la tenue d’une commission parlementaire sur le prix du livre neuf, qui doit amorcer ses travaux au mois d’août.

À voir en vidéo