Une cuvée 100% Québec aux prix Bédéis Causa

French Kiss 1986 (Glénat Québec), a été désigné « Meilleur album de langue française publié au Québec » par les organisateurs des prix Bédéis Causa.
Photo: French Kiss 1986 (Glénat Québec), a été désigné « Meilleur album de langue française publié au Québec » par les organisateurs des prix Bédéis Causa.

Le meilleur cette année, c’est le bédéiste Michel Falardeau, remarqué pour son album French Kiss 1986 (Glénat Québec), qui, vendredi soir à Québec, a été désigné « Meilleur album de langue française publié au Québec » par les organisateurs des prix Bédéis Causa. Remis pour une 26e année de suite dans le cadre du Festival de la bande dessinée francophone de Québec, la cuvée 2013 de cette instance de valorisation littéraire a été placée à 100 % sous le signe du Québec.

Outre le père de Luck et Mertownville, le Montréalais Chester Brown a lui aussi récolté les honneurs pour avoir rencontré Vingt-trois prostituées (Cornélius) et surtout pour en avoir fait un récit intimiste illustré et remarqué dans l’univers du 9e art cette année. L’album a été sacré meilleur album francophone publié à l’étranger. Jacques Lamontagne est reparti avec une reconnaissance similaire pour son Helsing contre Jack l’Éventreur, aventures fantastiques publiées chez Soleil.


Ailleurs dans la sélection officielle, le duo formé de l’illustratrice Isabelle Arsenault et de la dramaturge-auteure Fanny Britt est reparti de cette soirée avec en main le prix Réal-Fillion du premier album professionnel remis pour Jane, le renard et moi (La Pastèque). Cet album cherche à décrypter en image le phénomène du harcèlement et de l’intimidation en milieu scolaire.


Enfin, un hommage particulier a été rendu au bédéiste Tristan Demers, père du personnage de Gargouille, pour ses 30 ans de carrière dans le monde du 9e art au Québec. Le jeune homme, qui a commencé tôt à poser ses histoires sur papier, a reçu le prix hommage Albert-Chartier, nommé en l’honneur d’un des pionniers de la bédé au Québec.

À voir en vidéo