L’auteur de bandes dessinées Fred, créateur de Philémon, s’éteint à 82 ans

Le bédéiste Fred signe une dédicace à Paris le 17 janvier dernier.
Photo: La Presse canadienne (photo) Michel Dolbec Le bédéiste Fred signe une dédicace à Paris le 17 janvier dernier.

Il a fait vagabonder ses personnages pendant plus de 40 ans dans un monde onirique composé d’îles en forme de lettres, celles formant les mots « océan Atlantique ». Mardi soir, l’auteur de bandes dessinées Fred, père du personnage Philémon, auteur du Petit cirque et de la très remarquée Histoire du Corbac aux baskets, a tiré sa révérence pour s’installer sur les lettres qui écrivent le mot « paradis ». Il avait 82 ans et même l’incrédule Hector n’a pas le choix de croire que c’est définitif.

« C’était un monstre sacré, un des derniers grands auteurs de l’époque de Pilote, un bonhomme extraordinaire qui nous a fait voyager de lettre en lettre et qui va vachement nous manquer, a indiqué mercredi au Devoir Brieg F. Haslé, historien de la bande dessinée et ami de Fred. Aujourd’hui, la France pleure un de ses grands. »


Avec un goût prononcé pour les univers décalés un brin loufoques et pour la poésie de l’absurde, Fred - Frédéric Othon Théodore Aristidès de son vrai nom - a marqué durablement l’univers du 9e art avec sa célèbre série Philémon qui, en 16 chapitres, relate le quotidien d’un adolescent rêveur et naïf pris dans un archipel d’îles composé par les lettres des mots « océan Atlantique ». Il est accompagné de son père, l’incrédule Hector, qui prétend que ces lettres n’existent pas, de son fidèle compagnon l’âne Anatole et de Monsieur Barthélemy, un naufragé qui a trouvé son salut sur la lettre « A ». Le 16e tome de cette série, Le train où vont les choses, est sorti en février dernier en Europe.


Amateur des oeuvres d’Edgar Allan Poe, de Charles Dickens et d’Oscar Wilde, Fred a fait ses premiers pas dans le monde des récits illustrés dans les années 1950 en passant par des revues comme Ici Paris, France Dimanche, Paris Match ou encore le Quartier latin, tenu à l’époque par un certain Georges Bernier, qui deviendra plus tard Professeur Choron, fondateur du magazine satirique Hara-Kiri. Fred en deviendra d’ailleurs le patron pendant quelques années.


En 1966, René Goscinny, qui « Pilote » alors un prestigieux magazine dédié au 9e art, tombe sous le charme de La clairière des trois hiboux, premiers pas de Philémon dans son monde et dans celui de la bande dessinée populaire, qu’il publie. D’abord livrée en épisodes, cette série sera reprise par Dargaud pour devenir un grand succès, en France comme dans le reste de la francophonie.


En 60 ans de carrière, Fred a été un habitué des succès et surtout des prix. En 1993, son Histoire du Corbac aux baskets, qui vient, par l’absurde, mettre en question le phénomène de l’exclusion, dénoncer le conformisme et les préjugés délétères qui s’ensuivent, a été élue meilleur album de l’année au Festival de la bande dessinée d’Angoulême.


Toujours actuel, même s’il vient principalement des années 1960, 1970 et 1980, l’univers de Fred se prépare d’ailleurs à faire son entrée au cinéma dans les prochaines années, a annoncé en janvier dernier le producteur québécois Roger Frappier, à qui le bédéiste a accepté de confier les clefs du camion pour conduire à bonne destination la transposition de son Philémon sur un autre support. L’auteur avait méthodiquement refusé toutes les offres de mise en mouvement de ses images par le passé.


La réalisation de ce premier long-métrage a été confiée à deux jeunes réalisateurs, Julien Demers-Arsenault et Sébastien Denault, comme l’a annoncé Le Devoir il y a plusieurs semaines. Toujours en développement, ce film, dont le tournage va commencer en 2014, devrait faire son apparition sur les grands écrans en 2015, pour marquer les 50 ans du personnage. « Nous avons eu le bonheur de côtoyer Fred depuis un an et avons été touchés par sa simplicité, sa bonne humeur et sa générosité, a indiqué M. Frappier par voie de communiqué mercredi. Nous voulions tellement qu’il voie son oeuvre à l’écran. »


Hasard des calendriers d’édition, le 16e chapitre des aventures de Philémon doit sortir la semaine prochaine au Québec. Dargaud lancera également en mai Un magnéto dans l’assiette de Fred, un recueil des confidences que le bédéiste, plutôt discret vers la fin de sa vie, a livrées à son éditeur lors de déjeuners de travail.

À voir en vidéo