Livre - L’exode québécois, Mario Mimeault

La préservation de la correspondance de la famille Lamontagne de Sainte-Anne-des-Monts tient du miracle. Entreposée dans un hangar à proximité de la mer, elle est partiellement emportée par une grande marée. Une autre portion est jetée dans une décharge publique. Ce qu’il en reste demeure l’une des plus importantes collections du genre en langue française. Dans L’exode québécois, Mario Mimeault analyse en profondeur ce fonds d’archives exceptionnel qui rassemble près de 2000 lettres échangées entre 1852 et 1925. L’ampleur du corpus s’explique par la dispersion de neuf des seize enfants de la famille à travers l’Amérique du Nord. Elle découle également de la production industrielle du papier à lettres et de la plume de fer qui favorisent les échanges épistolaires à compter des années 1860. La richesse de la correspondance permet à l’historien gaspésien de dépeindre les moeurs bourgeoises des enfants Lamontagne. L’auteur s’intéresse également au processus d’intégration des différents éléments de la fratrie en exil qui bénéficient de la solidarité de la diaspora canadienne-française, que ce soit en Colombie-Britannique ou en Nouvelle-Angleterre. Pour Mimeault, « l’itinéraire des membres de la famille Lamontagne est le juste reflet d’une époque où de grands déplacements de population ont marqué la société nord-américaine ». En espérant que nos archives ne soient plus emportées par les flots.

À voir en vidéo