Tocqueville en Chine

L’ancien régime et la révolution d’Alexis de Tocqueville est devenu au cours des trois derniers mois un vrai best-seller en Chine. Cet ouvrage de 1856, dont il existe une pléthore d’éditions chinoises, s’écoule par piles entières dans les librairies. Cet extraordinaire phénomène d’édition tient au fait que beaucoup de Chinois considèrent, assez singulièrement, que Tocqueville apporte une clé permettant de comprendre la Chine. La dissidence et une partie de l’intelligentsia se sont emparées de Tocqueville pour forger des arguments en faveur d’une réforme politique. L’hebdomadaire réformiste Nanfang se délecte à cet exercice d’exégèse : « Dans un pays qui a une longue tradition despotique, la révolution est difficile à éviter sans réforme. Mais ce n’est pas parce que des réformes sont entamées qu’il n’y aura pas de révolution. Cependant, sans réforme, la situation empire, et il n’y a qu’avec des réformes appropriées que le peuple a des chances de redevenir libre. »