Le Studio littéraire entre parenthèses

Après huit ans d’existence, la directrice artistique du Studio littéraire, où un comédien s’attaquait devant public à la lecture d’une grande oeuvre ou d’un texte contemporain - Karine Vanasse lisant Kim Thuy ; James Hyndman donnant voix à Ernest Hemingway et Danièle Panneton à Anne Hébert, par exemple -, a décidé de mettre ces soirées de côté pour la saison. « Le public était de moins en moins au rendez-vous pour voir cette formule « un acteur + un texte », a précisé au Devoir Michelle Corbeil. Peut-être parce que les lectures publiques se sont multipliées au fil des ans : la Grande Bibliothèque en fait, l’Orchestre symphonique de Montréal s’est mis aussi à présenter des lectures accompagnées par un orchestre. Peut-être que la formule payante pour les lectures publiques ne fonctionne plus. Je dois repenser le concept. »


L’année dernière, pourtant, les deux cartes blanches, accordées respectivement au chanteur Thomas Hellman et à l’idéateur des soirées Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent, Loui Mauffette, ont connu un beau succès. « C’étaient des shows un peu plus complexes, un peu au-delà de la lecture. Comme des résidences d’exploration littéraire pour ces artistes. Peut-être qu’il faut que ça soit ça. Je dois encore réfléchir : peut-être qu’il faut ajouter quelque chose à la formule « un acteur + un texte », comme un film ou une conférence », précise la directrice artistique, qui entend bien revenir dès la rentrée automnale avec une nouvelle idée autour de la mise en voix et en valeur de textes purement littéraires.

À voir en vidéo