Livre - Montréal : Trente ans de balades photographiques

Ils sont rares les éditeurs d’ici qui se donnent encore la peine de produire de vrais livres de photographies, sous couverture rigide, prenant soin de choisir un imprimeur et un papier capables de rendre compte de vrais tirages. Marcel Broquet vient de faire paraître un gros ouvrage de Gontran Chamard : plus de 200 pages de photographies en noir et blanc. Avocat, Chamard s’est découvert une passion pour la photographie dans les années 1970. En amateur doué, il réalise des clichés de paysages, de scènes de la vie quotidienne. Des cartes postales, quoi. Pauses longues, photographie de style infrarouge où les feuilles des arbres semblent blanchies. On regarde, on tourne les pages. Pourquoi une suite de citations empruntées à des auteurs divers fait-elle office de commentaire ? On s’arrête page 128 devant une photo qui fait songer un instant à une image de Cartier-Bresson. Et d’autres, plutôt rares, qui montrent un sens de la composition plus original. Et on continue de tourner les pages en se demandant : que propose ce photographe à peu près inconnu ? Selon ses mots, rien de plus qu’« un regard aimable et serein ». Promesse tenue : ça ne va pas vraiment plus loin.