Livre - Les dessous du New Yorker, Françoise Mouly

Lorsque l’avion frappa la première tour du World Trade Center, le 11 septembre 2001, la directrice artistique du New Yorker Françoise Mouly, et son mari, bédéiste et auteur de Maus, Art Spiegelman, se ruèrent pour récupérer leur fille à l’école au bas des tours. Mouly rentra au bureau après avoir vu les deux tours s’effondrer, et devait plancher sur la mission impossible d’illustrer l’horreur en couverture du New Yorker. Elle pensa laisser la une noire, mais Spiegelman suggéra d’y superposer les deux tours, noir sur noir. Le New Yorker tenait là l’une de ses couvertures iconiques, magazine aussi réputé pour la qualité de ses reportages que par le trait affûté de ses illustrateurs. Dans Les dessous de New Yorker, la directrice artistique présente plusieurs de celles-là, et celles qu’elle a dû écarter. Les dessins trouvent ici leur heure de gloire. Ancienne éditrice de RAW, zine d’avant-garde, engagée pour rajeunir l’image de l’hebdo new-yorkais, Mouly raconte son arrivée au New Yorker et les histoires de certaines unes irrévérencieuses qui ont fait la manchette. Les habitués de cette publication de renom savoureront chaque détail révélé ; les coulisses des dessins - toujours muets, mais si éloquents - sont expliquées, on y présente, selon les grands moments de l’actualité, pourquoi certains croquis n’ont pas reçu l’approbation de David Remnick, éditeur depuis 1998. Mouly donne aussi la voix aux illustrateurs, qui expliquent leurs plus mémorables dessins et les défis que présente l’illustration des événements. Par exemple, dans une entrevue avec l’illustrateur Barry Blitt, la D.A. revoit le fameux terrorist fist bump des Obama et, dans un chapitre, elle sort de ses classeurs d’autres dessins avant-gardistes sur le mariage homosexuel qui, même sans avoir été sélectionnés, invitent à penser plutôt qu’imposent quoi penser. Un document costaud à savourer aussi entre les lignes.