La vie au-dessus de la ville

Le High Line au niveau du 505 W 29th ST, Chelsea.
Photo: Le High Line au niveau du 505 W 29th ST, Chelsea.

Sur le toit du 77 Water Street à New York, dans le quartier des affaires, l’improbable se dévoile depuis des années, quand bien sûr on arrive à s’élever en haut pour le voir. Là, entre les tours à bureaux, une piste d’atterrissage sur toute la longueur du toit a été installée par le propriétaire des lieux. Elle est verte, synthétique, porte un numéro (77) et présente à une extrémité la maquette d’un biplan taille réelle. Sans blague.


La scène est troublante. Elle a été imaginée pour distraire l’oeil des occupants des tours aux alentours, indique l’instigateur du projet, mais vient également alimenter la mythologie de cet univers invisible créé par les toits de New York. Un univers que le photographe américain Alex MacLean propose aujourd’hui d’explorer en plus de 400 clichés aussi planants que surprenants. La brique, qui vient de sortir, s’intitule Sur les toits de New York (Dominique Carré éditeur/La Découverte) et invite à s’évader dans ces « espaces cachés à ciel ouvert ».


Ville suspendue dans les airs « comme la cité d’Émeraude du Magicien d’Oz », résume l’architecte Robert Campbell en guise d’introduction, les toits de New York ont toujours fasciné les passants d’en bas et d’ailleurs, en raison du mystère qu’ils induisent avec ce caractère inaccessible que le bouquin, page après page, cherche finalement à désacraliser. Le regard est parfois voyeuriste en se posant sur ces fragments d’intimité qui se jouent en hauteur sur des parcelles de toit autant aménagées que volées sur les plans de l’architecte. Il y a des toits huppés, des toits populaires, des étrangetés, des jardins suspendus, improvisés, des moments de groupe, mais également, au fil de cette incursion, une réflexion sur le vert, sur l’agriculture dans les airs ou sur l’énergie solaire qui devrait continuer à interpeller des villes condamnées à pousser sous le poids d’une humanité en croissance.


Une plongée tout en perspectives, en esthétique, en piscines privatives ou bondées, en tables de jardin, en serres attirantes, en canapés design, en jolis hamacs et en oeuvres d’art gigantesques forcément dépaysantes et… inspirantes.