Le règne heureux de l’analphabétisme

Le poète Guillaume Apollinaire tel que vu par le groupe français Le Pis-Aller.
Photo: Le Pis-aller www.lepisaller.com Le poète Guillaume Apollinaire tel que vu par le groupe français Le Pis-Aller.

Au Québec, 49 % des Québécois éprouvent des difficultés sérieuses à lire et à comprendre ensuite ce qu’ils ont lu. Ainsi, près de la moitié de la population n’atteint pas le niveau minimal prescrit afin de s’assurer, comme disent les enquêtes internationales, une existence moderne dans une humanité digne de ce nom.


Par ailleurs, un cinquième de la population adulte québécoise n’est tout simplement pas à même de lire. Lire, oui. Ce qui s’appelle lire : l’élémentaire b-a ba. À ce chapitre, le Québec se situe parmi les derniers rangs à l’échelle canadienne.


Le taux de décrochage scolaire confirme déjà tout cela, sans tambour ni trompette. Chez les garçons, l’affaire prend l’allure d’une vaste chorale d’éclopés. Un garçon sur quatre en moyenne quitte l’école avant d’avoir obtenu le moindre diplôme. C’est pire du côté des francophones. D’éducation, on parle pourtant bien peu dans cette campagne électorale…


La notion d’analphabétisme et l’inquiétude qu’elle suscite sont récentes. En fait, l’économie triomphante s’en est toujours fort bien accommodée, quoi qu’elle en dise. Et elle continue de le faire, malgré ses prétentions à soutenir le contraire.


Dans le gazouillis conservateur qui tient globalement lieu de campagne électorale, pas étonnant que la culture, tributaire de l’alphabétisation et de l’éducation, soit elle aussi passée sous silence par tous les partis, à gauche comme à droite. Selon les études d’Influence communication, la culture est de loin le thème le moins abordé de cette campagne. Il arrive au 17e rang des sujets traités. C’est que ceux qui ont la charge aujourd’hui de conduire les affaires de la communauté ont des objectifs qui s’accommodent bien de la situation présente. Pourquoi ?


L’État s’est aligné sur les priorités fixées par le marché. Un bon soldat de l’économie se meut privé de mémoire sociale, disponible à tout, à commencer par le discours relayé par la télévision. Il montre sans cesse des capacités d’adaptation étonnantes qui varient en fonction de son incompréhension générale. Ignorant sa place dans le monde, jamais cet homme d’aujourd’hui n’est frappé du désaveu de sa conscience d’hier. Il est heureux. Et cela suffit. Il se fait donc le défenseur absolu du chiffre d’affaires tant vénéré.


Cet homme-là, diplômé ou pas, ne sera jamais abandonné par la société. Pourquoi le serait-il alors que c’est elle qui le produit et le reproduit ? Il est au contraire soutenu, encouragé, valorisé. On le voit d’ailleurs de plus en plus apparaître partout, fier de lui. En politique, il occupe désormais les premières places, souriant, ânonnant son discours à la gloire de gros jambons.


Or voilà qu’au Québec cette situation est dénoncée depuis des mois par des milliers de personnes qui descendent dans la rue et se font entendre par de nouveaux moyens. L’État, disent-elles, doit régler sa politique de l’éducation. Il doit, dans un cadre éducatif, envisager des perspectives plus larges et résolument ouvertes sur le savoir.


Pour ces gens, la Révolution tranquille n’était pas un point d’arrivée, mais un simple point de départ.


Comment se fait-il qu’aujourd’hui les bibliothèques scolaires demeurent aussi pauvres ? Pourquoi les Québécois ignorent-ils globalement leur littérature ? Qu’est-ce qui fait que des individus qui ne savent à peu près ni lire ni écrire nous entretiennent aujourd’hui de productivité et de croissance comme s’il s’agissait des mamelles de l’humanité ? Notre société a perdu le nord.


Au Devoir, le maintien d’un cahier littéraire solide au milieu de l’ensemble de nos pages dédiées à la culture s’inscrit dans une volonté ferme de voir une véritable avancée sociale survenir.


Nous croyons à la place primordiale que prend la culture dans l’avenir d’une société.


À cet égard, nous sommes patients. Nous continuons d’avancer. Avec vous, lecteurs.

À voir en vidéo