L’âge adulte, l’âge de raison


	Tristan Malavoy et sa choriste Amylie ont donné un aperçu au dévoilement de la programmation de leur concert Les éléments.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir
Tristan Malavoy et sa choriste Amylie ont donné un aperçu au dévoilement de la programmation de leur concert Les éléments.

La directrice générale et artistique du Festival international de la littérature (FIL), Michelle Corbeil, dévoilait mercredi matin au Lion d’Or la programmation de la 18e édition, celle de l’âge adulte et de l’âge de raison, en présence de quelques-uns des 200 artistes qui en seront cette année, du 21 au 29 septembre.

Après une année de vaches maigres, entachée par la coupe subite en 2011 d’une subvention de 65 000 $ de Patrimoine canadien - l’équivalent de 13 % du budget total -, le festival, un an plus tard, a pratiquement réussi à recouvrer son équilibre. Le retour de certaines subventions, le soutien de partenaires, une soirée-bénéfice et quelques autres nouveaux revenus lui permettent une programmation de peu de contraintes. La directrice Michelle Corbeil semblait particulièrement émue lors du dévoilement de la programmation, soulignant « qu’on a bien failli ne pas fêter nos 18 ans ».


Le festival recevra Jean-Louis Trintignant, qui viendra dire des poèmes de Prévert, de Vian et de Desnos, « trois poètes libertaires. Ça veut dire anarchistes », comme l’a précisé l’acteur par vidéo. Il sera accompagné à l’accordéon et au violoncelle. Mots et musique seront aussi du Mâle entendu, où l’auteure Nancy Huston va jouer l’homme, s’approprier les mots des quatre jazzmen qui l’accompagnent, pianoter elle-même, et parler de ce qui fait la mâlitude, parce qu’elle est « de plus en plus frustrée que les différences entre les sexes soient dues à l’éducation et à l’environnement. Je ne savais pas a priori que j’avais autant d’homme en moi », a-t-elle dit, aussi par vidéo.


Trois hommages seront rendus : d’abord à Paul Léautaud, lu par le comédien Emmanuel Schwarzt ; un autre, avec musique, textes, vocalises et voix, au poète Claude Gauvreau, avec en scène les musiciens André Pappathomas, Anne Julien et Rachel Burman ; et à Jacques Ferron, dont L’amélanchier sera adapté par Denis Côté en spectacle jeunesse pour les 8 ans et plus.

 

Chanson et poésie


Le chanteur et musicien Thomas Hellman revient et pousse plus loin le Studio littéraire qu’il a expérimenté l’an dernier, où il a mis en musique la poésie de Roland Giguère. Tristan Malavoy offrira ses chansons et spoken words lors du concert Les éléments. Sophie Cadieux reprend le « parcours-mise-en-lecture » sur le texte Tu iras la chercher de Guillaume Corbeil, qu’elle avait testé au début de l’année à l’Espace Go. Des filles qui ont de la gueule mettra à l’honneur le slam des femmes, pendant que Les bruits du monde portera des paroles poétiques d’écrivains voyageurs.


Reviennent l’incontournable Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent de Loui Mauffette, les 5 à souhaits poétiques, et s’ajoutent en orbite des installations éphémères, du cinéma et des tables rondes.

À voir en vidéo