Les éditions Druide lancent leurs premiers livres

Et voilà : cinq nouveaux livres marquent l’entrée en édition littéraire de Druide informatique. L’éditeur de logiciels, connu surtout pour le correcteur Antidote, lance ainsi les fruits de sa nouvelle enseigne spécialisée en littérature générale, Druide. À la barre, Luc Roberge, Anne-Marie Villeneuve et Normand de Bellefeuille, respectivement président, éditrice et directeur littéraire, qui ont travaillé quinze ans ensemble aux éditions Québec Amérique.


Si la maison fera des essais, des biographies, des ouvrages de référence - Le grand druide des cooccurences sort dans quelques jours, dans la foulée - et éventuellement de la littérature jeunesse, les quatre premiers livres de la nouvelle collection « Écarts » proposent de la fiction.


En entrevue téléphonique, le directeur littéraire, Normand de Bellefeuille, pouffe quand on lui demande sa politique éditoriale. « C’est un terme qui m’a toujours fait rire. Je ne sais pas c’est quoi, une politique éditoriale. Il me semble que le mot “ politique ” est trop grave pour l’appliquer là. Moi, je lis. Si le bonheur et l’enthousiasme sont au rendez-vous, on publie », simplifie, avec son habituelle ironie, celui qui est aussi un poète reconnu. « J’ai embarqué dans l’aventure parce que Luc [Roberge] et Anne-Marie [Villeneuve] m’ont dit : “ Tu as carte blanche. Tu ne publies que ce que tu aimes, tu ne te poses pas de questions de rentabilité. On va tout faire pour vendre les livres. ” Je retrouve dans ce défi ce que j’ai toujours aimé. » La réputation de Normand de Bellefeuille lui a permis de recevoir tout de suite, sans rien demander, des manuscrits, rapporte-t-il.


Emmanuelle Cornu, avec Jésus, Cassandre et les demoiselles, est le coup de coeur du directeur littéraire de cette première rentrée, « parce que mon grand bonheur, c’est de découvrir des auteurs. J’aime beaucoup, beaucoup la fidélité d’Alain Beaulieu, François Désalliers et Martin Robitaille, mais je n’ai pas de plus grand plaisir que celui de la découverte. » La nouvelle venue signe un recueil de quarante micronouvelles, de quatre pages ou moins. Trois romans complètent le programme : Quelque part en Amérique de Beaulieu, La fille du vidéoclub de François Désalliers et En chemin je t’ai perdu de Robitaille.


Druide sortira simultanément, soit le 5 septembre, l’édition numérique de chacun de ses titres. « Un des combats a été de faire en sorte que les auteurs ne se voient pas pénaliser par la version numérique. Si un livre se vend 20 $, ça leur rapporte 2 $ par exemplaire.Et il faut, si la version numérique se vend 8 $, que l’auteur empoche tout de même 2 $, même si les versions numériques au Québec présentement ne comptent que 2 % du marché global», poursuit de Bellefeuille.


Druide vise la publication de quatre livres par saison et l’équipe de Druide informatique assurera la distribution.