Redénicher des livres oubliés

Hervé Foulon, président-directeur général des éditions Hurtubise, lance un nouveau prix littéraire, en collaboration avec Les Correspondances d’Eastman. Ce Prix du livre oublié Hervé-Foulon vise à dénicher un roman, récit ou recueil de nouvelles tombé dans l’oubli, afin de le faire revivre. Une bourse de 5 000$ sera remise à l’auteur de l’oeuvre. Encore plus intéressant, une aide de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) aidera à la réimpression du texte, en assumant 50 % du coût d’édition jusqu’à un maximum de 5000$. Pour cette première édition, les titres devront être soumis d’ici le 1er août. Le prix sera remis en février 2013. Le livre et son auteur seront à l’honneur des Correspondances d’Eastman cette même année.

2 commentaires
  • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 20 juillet 2012 06 h 03

    Problème

    Mais si l'ouvrage est tombé dans l'oubli, qui diable va s'en souvenir?

    Desrosiers
    Val David

  • Ginette Bertrand - Inscrite 20 juillet 2012 06 h 10

    Que signifie tombé dans l'oubli?

    Voilà un entrefilet qui me laisse fort songeuse.

    S'agit-il de "redénicher" des livres qui ont déjà connu le succès, mais dont plus personne ne se souvient aujourd'hui? De livres intéressants dont le tirage est épuisé? De bons ouvrages dont la vente avait été extrêmement décevante? Comme il est précisé qu'une bourse de 5 000 $ sera remise à son auteur, il me semble que des précisions s'imposent.

    À titre d'exemple dans la première catégorie, il me vient spontanément à l'esprit ces trois oeuvres magnifiques :
    - Pieds nus dans l'aube, de Félix Leclerc
    - Testament de mon enfance, de Robert de Roquebrune
    - Au pied de la pente douce, de Roger Lemelin

    Dans la seconde catégorie (ouvrages épuisés), je classerais au premier rang l'hilarant - et plus que jamais d'actualité - "L'heureux élu", de Serge Grenier, qui raconte les tribulations d'un back-bencher québécois au Parlement d'Ottawa.

    À qui serait attribuée la bourse, alors, puisque tous ces auteurs sont morts?

    Quant à la troisième catégorie, s'agit-il d'illustres inconnus ayant pondu un chef d'oeuvre? Qui décidera, alors?...