Vitrine du livre - 17 mars 2012

Documents
Journal de guerre
Joseph Santon Benoit Cadieux
Choix des extraits et présentation par Sébastien Vincent
En collaboration avec Françoise Cadieux
VLB éditeur
Montréal, 2011, 237 pages

Entre juin 1944 et juillet 1945, le lieutenant Benoit Cadieux, envoyé sur le front européen de la Seconde Guerre mondiale, tint un journal détaillé du théâtre des opérations qui se déroulaient sous ses yeux. On doit à l'historien et collaborateur du Devoir Sébastien Vincent, aidé par Françoise Cadieux, fille de l'auteur, la publication des extraits les plus significatifs de ce témoignage d'un officier d'artillerie qui vécut aux premières loges la campagne de libération de l'Europe du joug nazi. Le lieutenant Cadieux arrive en France une semaine après le débarquement de Normandie. On y entend les canons gronder, mais aussi l'officier canadien tonner contre la formation de ses soldats et certaines conditions de la guerre. On y sent aussi la présence culturelle de son milieu dans une suite de courts passages, où l'on constate par exemple la place importante qu'occupe l'univers religieux catholique. Le lieutenant Cadieux décrit avec précision les vicissitudes de la guerre et, à ce titre, son témoignage est aussi rare que précieux pour quiconque s'intéresse de près à cette période de l'histoire humaine.

Photographie
Le Jardin d’Antonia
Marisa Portolese
Maison de l’image et de la photographie
Montréal, 2011, 80 pages

Née en 1969, la photographe Marisa Portolese enseigne son art à l’Université Concordia. De son œuvre de photographe, constitué par différentes séries, se dégage un rapport important à l’histoire de l’art, notamment à l’art du portrait selon une perspective toute contemporaine. Depuis 2007, Marisa Portolese travaille à la réalisation d’une série intitulée Le jardin d’Antonia, qui met en scène des membres de sa famille. Travail de mémoire autour du prétexte d’un album de famille d’un genre singulier? Évocation des secrets qui vont de la naissance à la mort par l’entremise de portraits? À tout le moins peut-on dire qu’on a affaire ici à une mise en scène très formelle de l’univers du privé et des secrets que suppose l’existence, à travers les douleurs que chacun porte en soi. «L’enfance et ses blessures» sont au cœur des préoccupations de Marisa Portolese, rappelle en présentation de ce livre Manon Blanchette, dont le texte est suivi d’une étude plus substantielle du critique d’art James Campbell.


Guide
L’Annuel de l’automobile 2012
Benoit Charette, Michel Crépault, Philippe Laguë et al.
L’Annuel de l’automobile
Montréal, 2012, 224 pages

Les guides d’achat pour les automobiles sont traditionnellement publiés à la fin de l’été. Concurrence oblige, chacun se bat désormais pour paraître le premier. Voici que L’Annuel de l’automobile propose désormais un guide de mi-année où les toutes dernières nouveautés et les dernières mises à jour techniques complètent l’édition précédente. Dès le début de l’ouvrage, Michel Crépault signe un texte particulièrement éclairant consacré aux cotes de consommation de carburant offerte par les constructeurs automobiles. Comme on peut s’en douter, les constructeurs ont tendance à dorer la pilule au chapitre de la consommation d’essence, y compris en ce qui concerne les véhicules de type hybride. C’est d’ailleurs pire au Canada où, semble-t-il, les indices de la consommation automobile maquillent la vérité encore plus qu’aux États-Unis.