Le Festival d'Angoulême justifie la nomination de Rabagliati en «jeunesse»

<br />
Photo: La Pastèque

Après la surprise, l'explication. Les organisateurs du Festival d'Angoulême ont défendu hier leur décision d'intégrer l'album Paul au parc (La Pastèque) dans la catégorie des titres jeunesse en compétition cette année lors de la grand-messe de la bande dessinée. Un choix étonnant en effet, cet album, tout comme la série imaginée par Michel Rabagliati dans laquelle il s'inscrit, étant résolument dessinée pour et destinée à un public adulte.

«Nous sommes ravis d'avoir de nouveau un ouvrage de Michel Rabagliati en compétition officielle, a indiqué hier au Devoir Marie-Noëlle Bas, porte-parole de l'événement qui va se tenir à la fin du mois de janvier. Il a été sélectionné en catégorie jeunesse parce que c'est une histoire d'enfance, et pour le faire découvrir à un public plus jeune qui va pouvoir suivre [ce personnage] dans ses prochaines aventures.» Selon elle, la décision a été prise à l'unanimité par le comité de sélection, composé de sept spécialistes de la bande dessinée provenant du monde de la critique, de la librairie et de l'univers des bibliothèques.

Au total, près de 85 albums puisés dans le bassin des quelque 4000 nouveautés francophones publiées cette année ont été retenus. Paul au parc, dernière création de Rabagliati qui évoque la jeunesse de son héros au temps des événements d'octobre 1970, est du nombre et se retrouve en compétition avec des titres enfantins comme Zombillénium d'Arthur de Pins, Grenadine et Mentalo de Colonel Moutarde ou encore Tib et Tatoum de Bannister & Grimaldi.

En 2009, Michel Rabagliati avait marqué l'histoire de la bédé québécoise en devenant le premier auteur publié ici à décrocher un prix — le Prix du public — lors du Festival d'Angoulême. À l'époque, plusieurs critiques français avaient alors dénoncé cette décision en évoquant un vote électronique démesuré en provenance du Québec pour un album qui n'était pas distribué encore en France. Soulignons que la catégorie jeunesse n'est pas exposée à ce genre de vote du public. L'an dernier, Michel Rabagliati a également été invité d'honneur de ce même festival.

Outre le père de Paul, le bédéiste Guy Delisle est aussi entré dans la course au prix d'Angoulême avec ses Chroniques de Jérusalem. Contrairement au dernier opus de Paul, le titre a toutefois été bien placé dans la «sélection officielle» aux côtés d'Enki Bilal, André Julliard, Craig Thompson, Gilles Rochier et Joe Sacco. Entre autres.