Littérature étrangère - Un olivier dans l'oreille

L'humour absurde est un instrument bien adapté pour radiographier une société prise dans la camisole de force de son passé et otage d'un état d'urgence permanent. Little Big Bang, le second roman de l'Israélien Benny Barbash, dramaturge, scénariste pour la télévision et le cinéma qui vit à Tel-Aviv, révèle avec dérision les tensions impossibles qui gangrènent au Moyen-Orient les relations entre Juifs et Palestiniens.

Du haut de ses douze ans, plus grand-chose n'étonne le narrateur, qui a déjà survécu à sa famille délicieusement névrosée et à ce qu'il appelle désormais, en nous le racontant, son «little Big Bang» à lui, une série d'événements apparemment sans cause, tout comme l'est le Big Bang à l'origine de l'Univers.

Traînant un embonpoint plutôt coriace, le père décide un jour d'essayer — sans succès — différentes méthodes amaigrissantes, jusqu'à ce qu'il tente un régime à base d'olives. Les kilos s'évaporent et tout va bien jusqu'à ce qu'il avale un noyau de travers... On aperçoit quelques jours plus tard un petit olivier qui lui pousse dans l'oreille, colonisant son système respiratoire, ses racines profondément ancrées dans son cerveau.

Un nouveau territoire occupé, en somme. Une irréalité que n'aurait pas reniée Gogol, l'auteur du Nez étant — ici le hasard n'existe pas — l'auteur préféré du père...

Bien entendu, tous les spécialistes consultés n'y peuvent rien et parlent d'un «phénomène intéressant» en se grattant le crâne. Et d'ailleurs, n'est-ce pas, «personne n'est jamais mort à cause d'un olivier dans l'oreille». Et pour cause! Ultime recours: un cultivateur palestinien, expert réputé en oliviers, pourrait peut-être régler son problème. Plus simple et peut-être plus efficace, sa science lui propose d'«apprendre à vivre avec l'arbre, exactement comme l'arbre apprend à vivre avec vous».

Un petit roman allégorique très drôle qui épingle sans en avoir l'air les problèmes impossibles à déraciner de la société israélienne contemporaine.

***

Collaborateur du Devoir