Un Fred Vargas pour l'été: quel bonheur!

Fred Vargas
Photo: Louise Oligny/Viviane Hamy Ed. Fred Vargas
Tout est là et ils sont tous là: une intrigue fascinante, multiple, et les personnages, inimitables, fidèles à eux-mêmes. Adamsberg, bien sûr, avec son nouveau fils de 28 ans, Zerk; Danglard et Veyrenc aussi, et Retancourt, l'Immense, la Déesse mère immémoriale; et le chat qui dort sur la photocopieuse, oui. L'hypersomniaque aussi et tous les autres, même Momo-mèche courte...

Dès le premier paragraphe de cette Armée furieuse, le bal des histoires impossibles s'amorce avec une vieille femme, Tuilot Lucette, assassinée à la mie de pain par son mari qui lui a préféré un couple de rats: Toni et Marie. Pas évident comme ça en démarrant, mais irrésistible. Évidemment, Adamsberg règle le mystère en moins de deux, mais ce n'est que pour se retrouver plongé jusqu'aux yeux, sans qu'il le veuille, dans trois enquêtes à mener de front: celle d'un pigeon aux pattes attachées, celle d'un riche industriel carbonisé dans sa voiture et enfin, tout droit sortie du Moyen Âge, celle qui met en scène les fantômes et les corps putréfiés de la Mesnie Hellequin, la Grande Chasse, l'Armée furieuse.

Comme d'habitude, Fred Vargas prend un plaisir fou à mêler les intrigues compliquées, les personnages incroyables et les faits d'observation anodins sur le battement des ailes de papillon ou encore sur la façon de ranger les papiers enveloppant les cubes de sucre. Et comme d'habitude, on ne pourra qu'être ébloui par son art et son savoir-faire, qui nous mènent par le bout du nez tout en établissant clairement la différence entre les insectes, les arachnides et les crustacés terrestres, quand elle ne se prononce pas, avec texte à l'appui, sur les causes de la mort de Richard Coeur de Lion, blessé par un carreau d'arbalète...

On sera séduit surtout par sa maîtrise de tous les aspects de ses personnages, en profondeur comme en surface, par sa précision chirurgicale dans la description des décors comme des êtres, et par la finesse et la pertinence insoupçonnable de la moindre de ses observations, toujours. C'est tout cela et bien plus encore qui rend Fred Vargas unique, inépuisable et merveilleuse.

Quel bel été en perspective!

***

L'Armée furieuse
Fred Vargas
Viviane Hamy éditeur
Paris, 2011, 428 pages

À voir en vidéo