Littérature jeunesse - Mettez vos pendules à l'heure...

Ceux qui s'imaginent encore que la littérature jeunesse est un univers rose et rassurant, truffé de gentils lapins qui parlent et d'histoires qui finissent par le partage d'un gros gâteau au chocolat, devraient remettre leurs pendules à l'heure.

La grande tendance dans la littérature pour adolescents en ce moment est ce que les spécialistes anglo-saxons appellent les dystopies, des romans qui présentent notre monde après l'inéluctable catastrophe qui lui pend au bout du nez. Ces fictions post-apocalyptiques mettent en scène des jeunes qui doivent lutter pour reconstruire le monde que les adultes qui les ont précédés n'ont pas su préserver. Gone, Hunger Games, Uglies et Incarceron (eh oui, ce sont là les titres français des ouvrages traduits de l'anglais) en sont d'excellents exemples.

La nouvelle trilogie dystopique, signée Susan Beth Pfeffer, à paraître chez Pocket jeunesse (chez qui la plupart des romans précités sont aussi publiés) s'appelle carrément Chroniques de la fin du monde. Au commencement, le bien nommé premier titre, sortira en mars. On y découvrira la vie d'une adolescente après qu'une météorite a percuté la Lune, ce qui la rapproche de la Terre et, du coup, déclenche des dérèglements climatiques extrêmes. On parle d'un récit poignant, qui aborde la nécessaire solidarité humaine en temps de crise.

Chez Gallimard, on n'est pas en reste avec deux titres clairement classés sous cette nouvelle étiquette: Les Passagers de l'hôtel Légende de Jean-Claude Mourlevat et Compatible, le premier tome d'une trilogie d'Ally Condie, qui plante un triangle amoureux dans une société totalitaire dans laquelle les jeunes gens doivent se marier avec le candidat choisi par la Société.

De son côté, Hachette nous présente un monde où l'amour est considéré comme le plus grand des maux et où les adultes se font opérer pour y échapper. Ça s'appelle Delirium et c'est signé Lauren Oliver, une Américaine diplômée en philosophie et en littérature.

Hémoglobine et sujets moins saignants

La veine d'hémoglobine romanesque ouverte par les Twilights et compagnie ne semble pas sur le point de se tarir. Outre la réédition en format poche de la maintenant célèbre série de Stephenie Meyer chez Hachette, une brassée de nouveaux titres verra le jour (et la nuit) en 2011. Parmi ceux-ci, Celia Rees, qui nous avait offert d'excellents ouvrages portés par des héroïnes fortes, avec Journal d'une sorcière et Mémoires d'une pirate, passe, elle aussi, aux créatures de la nuit avec Blood Sinister (Seuil). Le même éditeur propose aussi La Femme du vampire, de Nina Blazon. Une histoire sombre qui se déroule dans la campagne serbe du XVIIIe siècle.

La série Les Vampires de Manhattan, de Melissa de la Cruz, remporte un immense succès auprès des adolescentes. Sur l'un des forums virtuels qui lui sont consacrés, on peut lire une devise qui donne bien le ton du projet: «Qu'importe le danger, pourvu qu'il soit glamour.» Les amateurs de romance et de «vampire attitude» seront servis en 2011. Non seulement auront-ils droit aux révélations finales du tome 6, mais aussi à un collector, Bloody Valentine, qui leur permettra d'apprendre une foule de détails croustillants sur les amours des personnages. C'est chez Albin Michel, dès février.

Toujours pour les adolescents, les éditeurs nous offrent aussi des romans abordant des sujets graves, plus près de la réalité. Si tu m'entends, de Sharon Dogar (Albin Michel), est l'histoire d'un jeune homme qui tente d'entrer en contact avec sa soeur dans le coma. «Un roman remarquable, à la fois voluptueux et sombre», en aurait dit Philip Pullman. Sous influences, de Luisa Mattia, dans l'excellente collection «Macadam», chez Milan, raconte le dilemme d'un adolescent confronté à la violence de la mafia qui doit choisir entre fermer les yeux ou agir pour ce qu'il croit juste. Albin Michel mise beaucoup sur Bal de givre à New York, de Fabrice Colin, dans un registre plus fantastique, qui relate, avec semble-t-il beaucoup de sensibilité, les perturbations d'une jeune fille amnésique qui cherche à retrouver son identité.

Finalement, chaque saison un auteur venu des vastes contrées de la littérature générale (lire pour adultes) nous fait la surprise de s'adresser aux jeunes. Cette année, c'est l'Espagnol Carlos Ruiz Zafon, dont le roman L'Ombre du vent s'est envolé à plus de 10 millions d'exemplaires à travers le monde, qui s'y colle. Marina, publié par Pocket jeunesse, raconte l'histoire d'un premier amour entre Oscar, un adolescent de 15 ans, et Marina, une jeune fille qu'il rencontre après s'être introduit dans une maison abandonnée.

***

Collaboratrice du Devoir
7 commentaires
  • Mona2981 - Inscrit 24 février 2011 08 h 46

    Les Mange-Rêve, de Jean-Luc Le Pogam, des romans d'anticpation passionnants pour ados...

    Bonjour,

    Merci Carole pour cet article très intéressant. Je partage entièrement votre point de vue : fini les Bisounours. Passés leurs 6 ans, les enfants veulent de l'action, de la vraie, et passés leurs 10 ans, ils ne croient plus du tout aux contes de fées. Et effectivement, les romans d'anticipation et de fin du monde les passionnent !

    Je viens de découvrir ici en France une série fabuleuse totalement dans ce thème intitulée Les Mange-Rêve.
    L'histoire se déroule en 2024. L'Europe est aux mains d'un dictateur qui l'a encerclée d'un mur électromagnétique infranchissable, contrôlant ainsi le climat. Il a plongé le vieux continent dans une ère de glaciation, avec des hivers à -50°C, et pourchasse tous les faiseurs de rêves (artistes, libraires, photographes, etc.). Les héros de la série sont trois ados qui se lancent à la recherche de leurs parents emmenés par l'ennemi.

    Cette série est géniale ! Tous les thèmes de société actuels et chers aux ados y sont abordés (écologie, terrorisme, Résistance, solidarité, amitié, nouvelles technologies...) avec beaucoup d'intelligence et d'émotion, et ce qui est fantastique, c'est qu'en tant qu'adulte on est totalement pris dans l'histoire également ! Ce phénomène est d'ailleurs appelé le cross-age (ouvrages inter-générationnels).

    Je ne vous conseillerais que trop d'essayer au plus vite !..
    L'auteur a un site : www.jeanluclepogam.fr

    A bientôt,

    Mona.

  • catherine quintel - Inscrit 24 février 2011 13 h 20

    Les Mange-Rêve, de Jean-Luc Le Pogam!

    Merci Mona!
    Enfin je vois que je ne suis pas la seule a lire Les Mange-Rêve....
    je me suis laissée embarquer dans son univers glacial, à -50°C et c'est peut être pour cela que je n'ai pas réussi à en décoller mes yeux,
    des livres très très bien ficelés, un humour très pertinent! un suspens hors norme!... Des thèmes de société super bien traités mais pas seulement, quelques rappels d'histoire pourtant pas si loin dans le temps ...mais ayant toujours attrait à la liberté de l'homme, de ses droits, et de ses rêves . je pense à la chute du mur de Berlin en 89 (cela m'a peut être marqué car je vis en allemagne) mais il y en a tellement d'autres....
    je ne peux QUE LES CONSEILLER....
    laissez vous enivrer par les Mange-Rêve
    a consommer SANS modération!
    j'attends avec impatience la sortie au mois de mars du 5 ème livre qui ne sera j'espère pas le dernier de cette série!
    je conseille comme vous Mona, le site de l'auteur!

    www.jeanluclepogam.fr

    Amitié

    Catherine d'allemagne :)

  • Annle - Inscrit 24 février 2011 18 h 16

    Justement au sujet des mange-rêve...

    J'ai moi aussi suivi les aventures des personnages de Jean-Luc Le Pogam. J'ai fait tout un voyage dans cet univers glacial, sombre et truffé d'individus trop louches!
    De mon côté je me suis beaucoup attachée aux personnages...Et j'adore tous les les gadgets technos.
    Le 4 m'a quand même laissé sur mon appétit! Je veux connaître la suite!!
    Est-ce que l'une de vous deux connait la date de sortie du tome 5?
    Merci à l'avance!

    Annie

  • Maude_ - Inscrit 25 février 2011 03 h 11

    Une «surprise»?

    «Un auteur venu des vastes contrées de la littérature générale (lire pour adultes) nous fait la surprise de s'adresser aux jeunes.»
    Notons que Carlos Ruiz Zafon écrivait des romans jeunesse bien avant le succès de L'Ombre du vent. Un de ses premiers romans jeunesse (El Principe de la Niebla, d'abord paru en 1993) a d'ailleurs été traduit en anglais l'année dernière.

  • Francois EON - Inscrit 25 février 2011 05 h 48

    Les Mange-rêve... Vivement le prochain!

    J'ai découvert cette série chez mon libraire... Et j'attends le prochain avec impatience!
    L'univers décrit est parfois très proche du réel, parfois cauchemardesque et il faut tout l'optimisme et l'insouciance de la jeunesse de nos héros pour y survivre! Je suis d'accord avec les commentaires qui disent qu'on peut le lire à tout âge, les relations entre les personnes d'âges, d'origines etc divers sont au coeur de la problématique de l'auteur. Et en plus c'est drôle!
    Le voyage au Mont-Saint-Michel dans le Tome 4 m'a fait y retourner et le revoir d'une autre façon!
    Merci à l'auteur (Jean-Luc Le Pogam) pour ces chouettes moments!
    2024, ce n'est pas si loin...