Bande dessinée - Chat perché à l'équilibre précaire

Il faut parfois très peu de choses pour induire des changements de fond dans l'existence humaine. Parlez-en à Stéphanie et Fabien, un couple ordinaire, dans une ville sans histoire du Québec banal, qui, du jour au lendemain, va voir le lit d'un long fleuve tranquille être redessiné sauvagement par un chat domestique.

Valentin (La Pastèque) — c'est le titre de cette bédé et le nom de la bête — résume l'affaire sur les 136 pages imaginées à quatre mains par le dessinateur Pascal Girard et le scénariste Yves Pelletier, oui, celui qui a fait son comique avec Rock et Belles Oreilles entre 1981 et 1995.

Oeuvre intimiste pleine de sensibilité et d'émotions, ce roman graphique plonge donc, avec l'excuse d'un félin, dans la complexité des rapports humains, surtout quand ceux-ci mettent en cause un homme (allergique au chat par surcroît), une femme en quête de sens dans son existence, un appartement, des tâches ménagères et l'envie de construire quelque chose à deux sans trop savoir si l'autre est le bon.

On résume: pour le couple, la vie se consomme comme une partie de hockey en pleine rue, un après-midi d'automne, jusqu'au jour où Léa, l'amie de Stéphanie, décide de partir à l'autre bout du monde pour rejoindre son copain, un expat du travail. Dans ce contexte, Valentin, le gros matou, va commencer à devenir un problème avant de se transformer en ce personnage sympathique qui, dans un schéma narratif grémassien, vient toujours mettre le souk dans un équilibre relationnel précaire. En gros.

Avec ravissement, ce roman graphique vient une nouvelle fois consacrer la finesse expressionniste du trait de Pascal Girard, un petit gars de Jonquière qui s'est fait remarquer par le passé avec Dans un cruchon, Paresse ou encore Jimmy et le big foot, des oeuvres débordant d'humanité. Le bouquin marque aussi la première incursion, réussie, d'Yves Pelletier dans le monde carré du 9e art, avec un texte assumé, adapté aussi au mariage avec Girard, et qui puise, comme le réalisateur des Aimants et du Baiser du barbu aime le faire, aux fondements de la tendresse, de l'amour et du déchirement, avec une petite touche humoristique, subtile mais heureusement lointaine à la fois.

***

Valentin
Yves Pelletier et Pascal Girard
La Pastèque
Montréal, 2010, 128 pages