En bref - Autopsie de la nouvelle québécoise

Chercheuse italienne née en 1974, titulaire d'un doctorat de l'Université de Bologne, Cristina Minelle s'est penchée attentivement sur un large corpus de nouvelles québécoises parues en recueil entre 1980 et 1995.

Des années qui correspondent, du moins pour ce qui est de la quantité, à une «phase ascendante de la publication de nouvelles». Ce boom de la nouvelle traduirait ainsi, aux yeux de l'auteure de La Nouvelle québécoise (1980-1995). Portions d'univers, fragments de récits, des besoins liés à une conjoncture socioculturelle bien particulière au Québec. Fruit d'une pensée et d'une sensibilité fragmentées florissant dans une société en pleine crise post-référendaire, la nouvelle serait entre tous, selon cette thèse, «le genre de la crise et de la déstabilisation». (La nouvelle québécoise - 1980-1995, Portions d'univers, fragments de récits, Cristina Minelle, L'Instant même, Québec, 2010, 240 pages)