Prix Bédélys - Double prix pour Michel Rabagliati

Les honneurs s'abattent en rafale sur la série Paul de Michel Rabagliati. Hier, en fin de journée, à Montréal, le bédéiste a vu son travail une nouvelle fois salué par le milieu de la bande dessinée qui lui a décerné un doublé: le prix Bédélys d'or et le prix Bédélys Québec cuvée 2009. Remis annuellement, ces prix célèbrent les meilleures bandes dessinées francophones vendues ou produites au Québec.

Paul à Québec (La Pastèque), le sixième chapitre dans la vie du célèbre graphiste-illustrateur, placé ici, dans un récit intimiste face à la mort d'un proche, était dans la course au Bédélys d'or avec de gros canons du 9e art, dont Chabouté pour son Terre-Neuvas (Vents d'Ouest), Jean-Louis Tripp et Régis Loisel pour le tome 5 de leur Magasin général (Casterman) ou encore Marc-Antoine Mathieu et son Dieu en personne (Delcourt) qui, l'an dernier, a reçu le Grand Prix de l'Association des critiques et journalistes de bande dessinée.

L'or en main, Rabagliati est également reparti de la Grande Bibliothèque, où la cérémonie avait lieu, avec le Bédélys Québec remis par les Amis de la bibliothèque de Montréal à un titre édité ici. Le Tuer Velasquez (Glénat Québec) de Philippe Girard, le Radisson, fils d'Iroquois de Jean-Sébastien Bérubé ou encore Le Quart de millimètre (Graphigne Éditions) de Zviane étaient aussi en lice.

Piloté par Promo 9e Art, un organisme qui milite pour le développement de la bande dessinée au Québec, les Bédélys 2009 ont également célébré le tome 3 de Pico Bogue (Dargaud), de Dominique Roques et Alexis Dormal dans la catégorie jeunesse et Rapport de stage de Laurence Lemieux et Pascal Girard qui a reçu le Bédélys Fanzine.

Rappelons qu'il y a dix jours à peine, Michel Rabagliati a remporté, pour Paul à Québec, le Grand Prix de la ville de Québec remis dans le cadre des prix Bédéis Causa qui célèbrent le 9e art lors du Festival de la bande dessinée de Québec. L'auteur arrivait à peine d'un voyage de promotion en France où il a reçu cette année le prix Fauve du public à l'occasion du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême. Les prix remis dans ce cadre sont considérés dans le milieu comme les Oscar du 9e art.