Bédé - Polémique autour du prix de Rabagliati

Les perdants auraient-ils la défaite amère? L'attribution du prix du public du Festival international de la bande dessinée (FIBD) d'Angoulême, fin janvier, au bédéiste Michel Rabagliati pour son Paul à Québec (La Pastèque) ne fait pas le bonheur de tous.

Depuis quelques jours, une poignée d'internautes français remettent en question la crédibilité de ce prix accordé, selon eux, par un «public fantôme» à un album qui n'est toujours pas distribué en France. Ils contestent au passage un système de votation vicié, où le vote québécois aurait été surreprésenté. Des attaques qualifiées hier de «petite polémique» par l'éditeur québécois.

«Je n'ai rien volé à personne, a indiqué au Devoir M. Rabagliati. Paul à Québec a remporté le Prix du public en respectant les règles. Certaines personnes sont un peu désarçonnées. Je les comprends. Elles ne s'attendaient pas à un vote en provenance du Québec.»

La blogosphère le confirme en qualifiant de «mystère» l'attribution du prix du public au sixième tome des aventures du Paul. «Le public (c'est-à-dire vous, moi, votre boucher, monsieur Tout-le-Monde) a élu album de l'année un livre qu'il n'a pas pu lire puisqu'il n'est pas encore sorti en France. Étonnant, non?», peut-on lire sur lepost.fr. Et d'ajouter: «Ce public qui a voté par Internet pour le prix angoumoisin était en majorité constitué de Québécois.»

Du côté de La Pastèque, on confirme qu'un appel au vote a été lancé dans les réseaux sociaux pour soutenir la candidature du récit intimiste de Rabagliati. «Mais tous les finalistes peuvent faire ça», a résumé Frédéric Gauthier, éditeur de la série Paul, qui rappelle qu'au final, c'est tout de même un jury de sept personnes qui a tranché sur la base d'une sélection de cinq titres choisis par le public.

Paul y croisait le fer avec Blast de Manu Larcenet, Siegfried d'Alex Alice, Il était une fois en France de Nury et Vallée et Billy Brouillard de Guillaume Bianco. À six contre un, le jury composé de lecteurs a jeté son dévolu sur l'oeuvre québécoise qui «n'a laissé personne indifférent», résume Maël Rannou, un des membres de ce jury, sur son blogue. Jamais dans l'histoire du Festival d'Angoulême un auteur québécois n'avait ainsi été couronné.

Avec en main, cet oscar de la bande dessinée, Paul à Québec se prépare à être distribué en France à partir du 25 mars. Des problèmes logistiques ont empêché sa sortie dans les jours précédant la remise du prix, comme cela était pourtant prévu par l'éditeur québécois, alimentant du coup «un miniscandale surtout sur Internet» et «sans importance», dit M. Gauthier.
1 commentaire
  • Arsenul - Inscrit 20 février 2010 16 h 31

    Miniscandale

    Peu importe ce qu'en disent les interenautes, Paul à Québec est une excellente BD, bien que personnellement j'ai un penchant pour Blast de Larcenet. Il reste qu'une fois cette mini poémique passée, dans quelques années, dans la longue liste des gagnants, Rabagliati aura dorénavant son nom. Une jolie place qu'il mérite bien.