Beaux livres - Darwin pour le grand public

Un détail du portrait de Darwin exécuté par le peintre anglais John Collier en 1883
Photo: Agence Reuters Un détail du portrait de Darwin exécuté par le peintre anglais John Collier en 1883

On lui doit de savoir comment l'homme est lié au singe. Il a trouvé l'origine de l'évolution naturaliste des espèces. C'est ce que tente d'expliquer au grand public le très beau livre intitulé Darwin. L'histoire du célèbre scientifique et sa théorie de l'évolution, signé par l'historien des sciences John Van Whye, de Cambridge, publié chez Guy Trédaniel éditeur.

Ce livre s'applique d'entrée de jeu à présenter les chercheurs qui ont précédé Darwin — Georges Buffon, James Hutton, Charles Lyell, Geor-ges Cuvier — pour fixer l'état des lieux de la science au moment de l'arrivée de Darwin. Ce dernier est né le 12 février 1809 en Angleterre.

L'ouvrage est orné de plusieurs fac-similés, notamment celui d'une carte évoquant le voyage du Beagle, effectué par Darwin alors qu'il avait 22 ans. Le voyage dura cinq ans. On y découvre avec lui les ossements fossilisés de mammifères géants, on accoste aux Galápagos, ce «petit monde à lui seul», où le Beagle est resté cinq semaines, du 15 septembre au 20 octobre 1835. Mais on fait ici quelques rectificatifs au mythe. «Les historiens savent maintenant que Darwin n'a pas imaginé l'évolution alors qu'il était dans les îles. En fait, d'après les recherches de l'auteur, la légende de la découverte de l'évolution par Darwin suite à l'observation du bec des "pinsons" des Galápagos n'est apparue qu'à la moitié du XXe siècle.» Aux Galápagos, Darwin s'est beaucoup intéressé aux tortues géantes et aux iguanes, dont deux types «ne vivaient qu'aux Galápagos».

Puis, on arrive à la publication de l'oeuvre la plus connue de Darwin, De l'origine des espèces, parue en 1859, qui présente la théorie de la sélection naturelle et lance un débat mondial. «De plus en plus de savants constataient que l'explication de Darwin était judicieuse dans leur domaine d'études. En 1869, dix ans après sa publication, la plupart des scientifiques admettaient que Darwin avait raison», écrit Whye. On évoque aussi ici les travaux de Darwin sur les orchidées et sur l'expression des émotions. On referme ce beau livre après un chapitre sur l'héritage de Darwin, alors que se terminait avec l'année 2009 le 200e anniversaire de sa naissance ainsi que le 150e anniversaire du livre De l'origine des espèces. Depuis, conclut Whye, «d'autres trouvailles dans les couches fossilifères, la révélation de la génétique et de l'ADN et une foule d'autres inventions ont rendu la théorie de l'évolution de Darwin aussi solide de nos jours que la théorie de la gravité». Une réussite que Darwin lui-même n'aurait pas imaginée.

À voir en vidéo