L'islam et ses réformateurs

Dans la première partie D'un islam textuel vers un islam contextuel, un ouvrage publié aux Presses de l'Université d'Ottawa, Naïma Dib fait état des travaux et des ouvrages des réformateurs musulmans.

L'un des premiers, sans doute le plus important, est l'Égyptien Mohammed Abdou qui, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, introduit la notion d'une contextualisation du Coran. Le livre sacré de l'islam appartient à une période historique, cependant les règles qu'il énonce demeurent toujours valables à condition de les lire et de les étudier en tenant compte des réalités sociales et politiques du présent. Tout en s'inspirant du modernisme occidental, Mohammed Abdou a élaboré une démarche proche des conditions sociales et politiques de son temps. Sa pensée a grandement contribué à la montée du nationalisme.

Plus proche de nous, le Syrien Mohammed Chahrour constate, dans les années 1970 et 1980, que le nationalisme n'a pas donné les résultats espérés et attendus et que les traditionalistes exercent encore leur suprématie. Il fait la distinction entre le texte coranique et les commentaires qui l'entourent. Il étudie les principes en prenant en considération leur dimension historique et prône une laïcité moderne. Naïma Dib indique la voie qui s'ouvre actuellement à la réforme: on peut relire, interpréter certains mots pour faire état de la voie d'une plus grande liberté de la femme.

***

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo