Raffin publications en faillite

À moins d'un revirement de dernière minute, les trois maisons d'édition appartenant au Groupe Raffin seront officiellement en faillite à compter de demain, ce qui signera la fin des activités du groupe.

Les Éditions du Roseau, les Éditions de La Marée haute et Impact éditions tomberont ainsi vraisemblablement dans les limbes demain soir. Selon le président du Groupe Raffin, Alain Delisle, deux acheteurs intéressés à ces maisons se sont manifestés depuis que le groupe s'est placé sous la protection de la loi sur la faillite, le 27 mars. Mais les discussions n'ont pas abouti.

Jumelée à la vente récente des cinq librairies Raffin aux propriétaires de la compagnie Promotion du livre SDM, la faillite prévisible des trois maisons d'édition (qui combinaient un chiffre d'affaires annuel d'environ 1,7 million) signera donc la fin des activités du Groupe Raffin.

Quant à la branche distribution de ce dernier — Diffusion Raffin, qui a déjà représenté jusqu'à 200 maisons d'édition —, elle ne fait pas partie de la faillite. Contrairement à ce que nous rapportions hier, elle a été vendue en août 2008 à Messageries de presse Benjamin.

Selon Alain Delisle, les suites tumultueuses de cette vente (les deux parties sont à couteaux tirés, plusieurs maisons d'édition ayant quitté le navire dans le transfert de Raffin à Benjamin) ne sont d'ailleurs pas étrangères aux problèmes financiers et au manque de liquidités éprouvés par le Groupe Raffin. Ce dernier a aussi souffert des dettes contractées ces dernières années pour rénover les cinq succursales du réseau de librairies.

Les nouveaux propriétaires des librairies Raffin, Chantal Michel et Martin Granger, entendent continuer d'exploiter les établissements sous ce nom. L'identité des librairies — favoriser la qualité de la sélection plutôt que la quantité et travailler avec de «vrais» libraires — devrait aussi être respectée, affirmait Mme Michel lundi.