Littérature sud-américaine - Les rêves et les frissons des hommes

Dans cette Anthologie de récits vénézuéliens contemporains, l'évocation de la nature mythique proche des origines s'efface au profit d'une parole urbaine davantage préoccupée du quotidien et pénétrée par le doute et l'angoisse.

Précédés d'un prologue de Catalina Gaspar qui présente chaque récit et suivis de notes biobibliographiques, ces textes nous offrent une polyphonie d'une singulière richesse de thèmes et de tons, représentative de la littérature actuelle de ce pays qui a une place à part dans l'histoire et la légende du continent sud-américain.

De prime abord, c'est la grande diversité des univers présentés qui retient l'attention. Les récits mettent en scène Léonard de Vinci et George Bush père, des indigents et un prince, une femme qui pleure et un prêcheur, un androïde et un guerrier ainsi que de nombreux artistes: un écrivain qui veut écrire la plus belle histoire du monde, un peintre qui peint la dernière Cène, un scénariste qui peine sur son scénario et un écrivain qui cherche son manuscrit perdu.

À la fois introspectifs, sensibles et analytiques, les récits sont tramés d'expériences sociales (violence corrosive qui désarticule le corps social, exclusion, exil), politiques, culturelles ou existentielles. Ils traitent de la fragilité des liens affectifs, de l'amour, d'amitiés passionnées, d'abandon, du manque, de la solitude, du pouvoir, de la mort. Ils fouillent la mémoire individuelle et collective, empruntent à la mythologie et à l'Histoire. Les récits s'apparentent parfois à un conte ou à une fable, louvoient entre le réalisme et le fantastique, versent parfois dans la science-fiction.

Certains auteurs conduisent leur récit par des chemins étranges, ceux de l'hybridation de l'essai et du climat fantastique (La Nuit d'Iman). D'autres s'emparent de l'étrange, du poétique, du ludique, de l'irrévérence, de la parodie. Bref, ils utilisent un grand éventail de procédés narratifs pour «faire passer sur la page les rêves et les frissons des hommes» (La plus belle histoire du monde), les recoins oubliés de l'enfance (Branche de citronnier en fleurs), leurs élans, leurs colères, leur nostalgie, leur ferveur.

L'Anthologie de récits vénézuéliens contemporains — qui inclut six voix féminines — nous invite à découvrir l'intense capacité imaginative de 26 auteurs de la modernité vénézuélienne à travers des récits souvent suggestifs et vertigineux. Les traducteurs semblent entretenir une relation fusionnelle avec toutes ces voix, à un point tel qu'on a l'impression d'entendre ici et là la petite musique du castillan vénézuélien ou de l'argot des favelas.

***

Collaboratrice du Devoir

***

Anthologie de récits vénézuéliens contemporains

Sous la direction de Gaétan Lévesque

Traduits de l'espagnol

par Hélène Rioux, André Charland, Sylvie Gajelic

XYZ éditeur

Montréal, 2009, 240 pages