Roman québécois - L'homme est une femme qui s'ignore

Rodolphe Lasnes. Photo: Karine Legeron
Photo: Rodolphe Lasnes. Photo: Karine Legeron

Dans son premier roman, Rodolphe Lasnes, jeune écrivain d'origine française, explore d'une manière ludique le sujet des rôles sexuels. La prémisse de son récit est fort simple: le personnage principal, Frédéric, sans être moche ni minable (prétend-il), a peu de succès auprès des femmes. S'il réussit mal auprès d'elles, c'est par ignorance: «je ne savais pas comment agir avec les femmes! Quoi leur dire? À quoi pensent-elles? Je n'avais jamais eu la chance de vivre à leurs côtés, alors face à elles, je me comportais comme devant des extraterrestres. [...] J'en ai déduit que, pour intéresser les femmes, il fallait d'abord que je les comprenne. Et si j'ai retenu une seule chose de mes cours de biologie, c'est que la compréhension passe par l'observation».

Il entreprend donc de se trouver une colocataire. Ce sera une femme de 28 ans qui se nomme Frédérique (il n'y a pas de hasard, se dit-il). Une fois son cobaye installé, il passe à la phase d'étude scientifique. Pour être tout à son aise, il installe un poste d'observation dans son placard: «quatre mètres carrés, un fauteuil, une tablette pour écrire, tout le confort et vue directe sur l'intimité de Frédérique, à travers un oeil-de-boeuf, dissimulé de l'autre côté du mur dans le cadran de la pendule.»

Les premiers moments de leur coexistence sont assez ennuyeux, pour le héros comme pour le lecteur. Pas grand-chose à se mettre sous la dent. Frédérique, apprend-on, se joue souvent dans les cheveux, elle est prompte à faire la vaisselle, elle met des tampons, elle se réserve des sous-vêtements coquins pour les grandes sorties, etc. Mais le jeune homme se met à fantasmer sur elle. Puis peu à peu, il entre dans son intimité: il l'espionne sous la douche, fouille dans ses tiroirs, lit son journal intime. Et tout à coup, la curiosité augmente d'un degré: Frédéric décide, pour mieux connaître les femmes, d'agir comme elles.

Le récit prend alors un tournant beaucoup plus réjouissant. Voilà notre héros qui décide de manger plus sainement, qui se découvre une passion pour la décoration intérieure, qui passe des heures à s'épiler et à se maquiller, qui pique les sous-vêtements de sa coloc et finit par se balader dans les rues attifé en grande dame. Frédérique, bien sûr, remarque la folie croissante de son compagnon. Elle ne se doute pas qu'il poussera à l'extrême son désir de devenir une autre elle.

Il serait réducteur de voir dans ce roman un récit sur le travestisme. Il s'agit plutôt d'une enquête presque clinique sur le dérèglement de la personnalité, enquête surprenante où, en fin de compte, c'est le lecteur qui observe et le héros qui devient l'objet d'étude.

***

Collaborateur du Devoir

Extrait du carnet d'observation de la femme

Rodolphe Lasnes, Leméac, Montréal, 2008, 157 pages

À voir en vidéo