Fluctuations de la part québécoise du marché du livre

La part de l'édition québécoise dans l'ensemble du marché des livres vendus au Québec est revenue en 2007 à ce qu'elle était en 2004, après avoir connu une hausse en 2006. C'est ce que révèlent les dernières données de l'Observatoire de la culture et des communications du Québec. Il semble donc que la hausse exceptionnelle de 8,8 % des ventes de livres survenues au Québec en 2007 n'ait pas profité à l'édition québécoise. Les livres québécois ne comptaient en effet, en 2007, que 51 % de la part du marché alors qu'ils en représentaient 57 % en 2006.

Dans le détail, au cours de l'année 2007, l'édition québécoise a vu ses ventes de livres scolaires bondir de 19,1 %, pendant que ses ventes de littérature générale chutaient de 13,3 %. En fait, l'édition québécoise a tout de même perdu deux points de sa part du marché du livre scolaire, et huit points du marché de la littérature générale.

Ainsi, conclut l'observatoire, «il semble bien que, contrairement à 2005 ou 2006, la forte croissance des ventes de livres au Québec en 2007 ait surtout profité aux éditeurs étrangers. Ce ralentissement de l'édition québécoise est en partie compensé par un accroissement des ventes hors Québec, tandis que tant les distributeurs que les éditeurs du Québec ont connu un repli relatif sur le réseau de détail face aux fournisseurs étrangers».

À voir en vidéo