Les passeurs de livres - Des vedettes à la défense de la lecture en famille

Réjean Houle et Jacques Goldstyn jouaient déjà leur rôle de passeur de livres auprès d’enfants hier.
Photo: Jacques Grenier Réjean Houle et Jacques Goldstyn jouaient déjà leur rôle de passeur de livres auprès d’enfants hier.

Une flopée de vedettes de différents secteurs ont lancé hier la chaîne des passeurs de livres, qui vise à stimuler la lecture auprès des enfants.

Des écrivains comme Philippe Beha, Roch Carrier ou Marie-Louise Guay, l'illustrateur Jacques Goldstyn, mais aussi le joueur de hockey Réjean Houle, le musicien François Dompierre et la comédienne Denise Filiatrault se sont engagés à lire un livre à un ou plusieurs enfants. Les passeurs laisseront une trace de cette lecture sur le site Web passeursjame.com, que ce soit sous forme de photographie, de vidéo ou de texte, puis trouveront un prochain lecteur pour ce livre. Ce lecteur sera lui-même invité à être passeur de livres, et à répéter l'ensemble du manège.

En tout, ils sont 60 passeurs à avoir accepté d'entrée de jeu à participer à l'événement, lancé hier à Montréal.

L'idée émane de l'organisme Jame. Jame, c'est pour J'apprends avec mon enfant, un groupe qui organise depuis 1991 des visites à domicile pour lire des histoires avec des enfants qui éprouvent des difficultés en lecture. Jame a sélectionné une douzaine de titres pour enfants parmi sa bibliothèque de quelque 3000 ouvrages. Chaque ouvrage a été gracieusement offert en cinq exemplaires par les maisons d'édition, et les livres commenceront ainsi un vaste voyage dans le monde.

Les passeurs sont donc invités à lire le livre à un ou plusieurs enfants, que ce soit le leur ou ceux des autres, dans un contexte privé ou professionnel. François Dompierre, par exemple, s'est engagé à lire des extraits du livre Le Loup conteur, de B. Bloom, P. Biet, et Mijade, lors de son émission radiophonique du dimanche, sur Espace Musique. La libraire Marine Gurnade, pour sa part, a organisé une lecture dès hier à la librairie Gallimard, auprès d'un groupe d'enfants.

«C'est un peu comme une bouteille à la mer», dit Michaela Leuprecht, qui s'occupe des communications pour Jame. On espère toucher ainsi quelque 1000 passeurs au cours des

prochains mois.

Les activités organisées par Jame visent d'abord et avant tout les enfants de cinq à neuf ans, mais les lectures à domicile peuvent évidemment rejoindre toute la famille. Aussi, on vise aussi à encourager les parents des enfants en difficulté, soit parce que le français n'est pas leur langue maternelle, ou pour d'autres raisons, à faire leur propre apprentissage de la lecture.

Les enfants rejoints par Jame, dans le cadre de ses activités régulières, sont en général ciblés par l'école qu'ils fréquentent parce qu'ils présentent certaines difficultés en français.

À voir en vidéo