Poésie - De l'Acadie jusqu'ici

Martine Audet
Photo: Martine Audet

Parmi les nombreux titres de cet hiver et du printemps, retenons un livre qui devrait devenir incontournable, aux Éditions Perce-Neige, une Anthologie de la poésie acadienne préparée par Serge Patrice Thibodeau, regroupant une cinquantaine de poètes, nés entre 1884 et 1983. En mars, au Noroît, un des recueils les plus attendus de la saison, le nouveau Normand de Bellefeuille, au titre éblouissant, Mon nom (chronique de l'effroi 1). Aux Herbes rouges, on trouvera un nouveau ton chez une poète qu'on affectionne, Dominique Boisvert, avec ses Leçons d'extérieur. Dans sa toujours nécessaire collection «L'appel des mots», les Éditions de l'Hexagone nous permettront de comprendre avec bonheur L'Amour des objets de Martine Audet, une auteure qui ne cesse d'imposer sa voix. En français et en langue innue, la langue de Nutshimit, Joséphine Bacon, chez Mémoire d'encrier, nous tendra les Bâtons à message / Tshissinuashtakana afin de poursuivre l'entraide et le partage.

Aux Éditions David, nous aurons le plaisir de nous rendre sur la Terre de faïence de Michel A. Thérien, dont nous avons tellement aimé Du vertige et de l'espoir (mis en nomination pour le dernier Prix du Gouverneur général du Canada). Nous irons Marcher pieds nus sur nos disparitions avec Lyne Richard et nous arrêter Sur le parvis des nuages, premier recueil de Marcil Cossette. Comme d'habitude, la maison publiera des haïkus.

Aux Écrits des Forges, Dans la spirale rouge de Christine Balta et Fausse route avec Janie Handfield. Yves Boisvert nous convie du côté de la Classe moyenne, tandis que Jacques Paquin nous propose un détour en Science et poésie. Nous y attendent également quelques Abstractions de Serge Mongrain.

Aux Herbes rouges, Louis-Philippe Hébert nous invite à assister à La Chute de l'ange, alors que Gabriel échappe une petite cuillère sur le sol, et tombe. Moment fugace qui résume toutes les chutes. Nous verrons bien. Quant à José Acquelin, il nous affirme que L'infini est moins triste que l'éternité (après nous avoir appris que L'absolu est un dé rond), poursuivant une traversée de la science, de la métaphysique avec un esprit zen. Aux Heures bleues nous attendent des Poèmes du jardin, haïkus de François Vigneault.

À L'Hexagone

Aux Éditions de l'Hexagone, Pierre Ouellet nous décrit Une outre emplie d'éther qui se rétracte dans le froid, question de vie et de livres, que l'auteur présente comme «un recueil de remords et de regrets». Danny Plourde, enfin, nous revient avec sa Cellule esperanza, recueil attendu, après sa Calme aurore qui lui a valu le prix Émile-Nelligan en 2007. Avec ses Poèmes de cirque et circonstance, François Hébert aimerait bien «faire mordre la poussière au malheur et à la mort». Plus tard, en saison, nous pourrons consulter Le Premier Abécédaire de David Kurzy (abcd) signé Kraxi, pseudonyme apparemment définitif de Marcel Bélanger. Un seul titre dans la collection «Écriture», Rouge - presque noir, premier recueil de July Giguère, qui s'adonne à une «écriture exploratoire» autour de la figure de plusieurs femmes.

Le Lézard amoureux publiera deux titres, à savoir Handkerchief, nouveau recueil d'Annie Lafleur, qu'on qualifie de «poésie... policière», et un titre de François Charron, La Difficulté d'apparaître, dans lequel le poète «touche au silence».

Les Éditions du Noroît, dès février, nous donneront le nouveau recueil de Paul Bélanger, au beau titre de Répit. Normand Génois annonce, sous un titre de travail, un Va-nu-pieds, et Claude Paradis, Le Livre sur la table. En avril, il faudra surveiller le nouveau titre d'Isabelle Gaudet-Labine, Entre la chair et l'acier. La collection «Initiale» s'ouvre à Marylène Bertrand avec La jouissance est sérieuse (titre de travail), Charles Drouin nous demande de Ne pas humecter, Jacques Audet nous arrive avec ses Lests et Luc Courchesne nous mènera Hors les rêves.

Chez Perce-Neige, Le Frère de feu de Jean-Mari Pître et L'Évolution des contrastés de Christian Brun, annoncés pour l'automne dernier, paraîtront donc ce printemps. Également, un nouveau recueil de Fredric Gary Comeau, Vérités.

À La Pleine Lune nous attendent les Idéogrammes blancs du poète Alexis Lefrançois avec des dessins de Marcel Jean.

Les Poètes de brousse se réunissent autour de La Morte Beauté, troisième recueil de Danny Rhainds, alors que Le Manège a lieu pour Geneviève Blais. On se demande déjà si, dans son Idolâtrie, Jean-François Poupart poursuivra son questionnement «gothique».

Chez Prise de parole, le Si longtemps déjà de Rose Després, dont on dit que la poésie est «révoltée, contestataire et incendiaire». Ce n'est pas peu!

Le Quartanier offrira le Carnet de désaccords de Nathalie Stephens en mars, suivront en avril des Autoportraits-robots de Thierry Dimanche et Ce qui s'embrasse est confus de Franz Schürch. Mai verra la naissance d'une collection de poche, sous le titre d'«OVNI», consacrée à des inédits (OVNI est également le titre d'une revue littéraire maison). Les trois premières publications seront consacrées aux Odes du Studio Maida Vale de Samuel Rochery, à La Pologne de Vincent Tholomé et au Pfft de Daniel Pozner.

Dans la collection «Mains libres», chez Québec Amérique, Sylvie Nicolas nous invitera Dix minutes avant l'heure aux montres de Dalí, dont le titre est fort alléchant.

Chez Triptyque, Robert Berrouët-Oriol, poète haïtien d'origine, nous convie En haute rumeur des siècles. Marc Vaillancourt nous affirme que La plupart des hommes meurent de chagrin, titre qui ferait allusion à «l'Achéron irrepassable», alors que «la quête de la joie» surmonte tout «marrisson». Sombre d'ailleurs de Frédérick Durand proposera rien de moins qu'«une multitude de scénarios passionnels». S'il est des titres heureux, d'autres nous contristent, comme ces Miettes de moi que nous offrira Joanne Morency.

Au Vermillon, France Tremblay fait entendre Les Sons du présent, qui seraient «la vie dans sa fragilité», Jacinte Malboeuf se pose la question Y a-t-il des bras à louer?, poésie qui se tient près du deuil, et on atteint ensuite le Lapidaire d'Heather Furguson, recueil anglais-français.

***

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo