Des rééditions qui comptent

Ce ne sont pas des nouveautés à proprement parler... Mais tous les romans québécois qui suivent vont se retrouver en librairie d'ici quelques mois. Dans une nouvelle édition, en format poche. Yé!

Janvier

Le Sexe des étoiles, de Monique Proulx (Québec Amérique, coll. «Compact»): premier roman de cette grande écrivaine qu'on avait découverte comme nouvelliste. Paru il y a plus de 20 ans, adapté au cinéma par Paule Baillargeon, il nous plonge dans l'univers trouble d'une adolescente qui renoue avec son père... devenu transsexuel.

Soudain le Minotore, de Marie-Hélène Poitras (Triptyque): premier roman, qui avait valu à son auteure le prix Anne-Hébert en 2003. C'est ce qu'on appelle un livre coup-de-poing. C'est violent, terrible. On y suit un psychopathe et l'une de ses victimes.

Les Carnets de Douglas, de Christine Eddie (Alto, coll. «Coda»): une histoire de passion, entre deux jeunes, dans un petit village. «Une première oeuvre pour adultes désarmante de simplicité et de tendresse», pouvait-on lire dans Le Devoir à sa sortie, fin 2007. Depuis, ce roman a reçu le prix France-Québec. Il paraîtra d'ailleurs à Paris en mars, aux Éditions Éloïze d'Ormesson.

Aussi: plusieurs rééditions de grands succès populaires québécois dans la collection «10/10», du groupe Librex. Dont Au pied de la pente douce, de Roger Lemelin, et, de Roch Carrier, Il est par là le soleil, dernier volet d'une trilogie amorcée avec La Guerre, Yes Sir!.

Au rayon nouvelles: Léchées, timbrées, de Jean Pierre Girard (L'Instant même). Troisième recueil du fondateur des Donneurs, à Joliette.

Février

La Soeur de Judith, de Lise Tremblay (Boréal compact): le plus récent roman de cette écrivaine bourrée de talent. L'histoire d'une adolescente ordinaire qui rêve d'un destin hors du commun, dans les années yéyé, à Chicoutimi. L'écriture est fine, ciselée, épurée au possible. À noter: la comédienne Marie Tifo lira des extraits de ce livre dans le cadre du Studio littéraire, le 2 mars prochain, à la Cinquième Salle de la Place des Arts.

Aussi, chez le même éditeur: Iotékha, de Robert Lalonde. Où l'écrivain et acteur réfléchit sur les livres, le temps qui passe, la vie.

Mars

Les Voyageurs malgré eux, d'Élisabeth Vonarburg (À Lire): paru il y a 15 ans, auréolé de prix, ce roman d'anticipation traite en toile de fond de la disparition probable du français en Amérique du Nord.

Avril

Deuils cannibales et mélancoliques, de Catherine Mavrikakis (Héliotrope): c'était il y a 10 ans. C'était la première oeuvre de fiction, rentre-dedans, de l'auteure du Ciel de Bay City, lauréate du Grand Prix du Livre de Montréal 2008.

***

Collaboratrice du Devoir

À voir en vidéo